Accueil / Africa top success / Donald Trump gardait-il des documents compromettants sur Macron?
(FILES) This file photo taken on September 18, 2017 shows France's president Emmanuel Macron (L) laughing with US President Donald Trump before a meeting at the Palace Hotel during the 72nd session of the United Nations General Assembly in New York. Donald Trump's first year in office has been a gripping spectacle of scandal, controversy and polarization that has utterly transformed the way Americans and their president interact. Many presidents have tried to bypass a critical media -- from Franklin Roosevelt's fireside chats to Barack Obama's interviews with YouTubers. But Trump has taken that into overdrive on Twitter.From one day to the next, he is rarely out of the headlines or off the air, permeating every facet of public life. / AFP PHOTO / ludovic MARIN

Donald Trump gardait-il des documents compromettants sur Macron?

Partagez ceci :

Que contient le carton de documents présumés secrets trouvés le 8 août par le FBI chez Donald Trump avec, dessus, la mention «President of France» ? Le simple fait de poser la question de cette façon contient peut-être déjà des erreurs factuelles. Un ou plusieurs cartons, parmi les 17 saisis mentionnés par les médias ? Avec, à l’intérieur, un ou plusieurs classeurs de documents? Des écrits, télégrammes diplomatiques, rapports de la CIA ou photos?

Le mystère est entier depuis que le FBI – dont le mandat de perquisition a été rendu public par le département américain de la justice – a laissé fuiter cette brève et elliptique information. Trois mots demeurent: «President of France». Et un fait: rien n’a été trouvé sur le premier ministre britannique. Rien sur la Chancelière allemande. Rien sur le président russe. Rien sur le secrétaire général du parti communiste chinois. Donald Trump avait, semble-t-il, des raisons particulières d’emporter avec lui des informations sur Emmanuel Macron. Mais si oui, lesquelles? Et dans l’intention de les utiliser comment? 

Rappelons-nous la compétition que se livrèrent les deux hommes en matière de poignée de main, lors de leur première rencontre. Gardons en tête l’irritation de Donald Trump lorsqu’en décembre 2019, Emmanuel Macron juge l’Otan en état de «mort cérébrale».

La liste pourrait s’allonger. Faut-il en déduire, comme l’a fait dans un tweet Jennifer Palmieri, ancienne collaboratrice d’Hillary Clinton, que Donald Trump gardait chez lui des secrets susceptibles de servir de monnaie d’échange avec Vladimir Poutine ? Une chose est en tout cas certaine: le président français, toujours sûr de son charme et convaincu que le fait de parler anglais lui donne un avantage, était dans le collimateur du milliardaire qu’il s’efforca pourtant d’apprivoiser après son arrivée à l’Elysée.

La seule hypothèse rassurante serait en effet que Donald Trump, nostalgique de ses visites à Paris, de sa présence au défilé du 14 juillet 2017 (le premier du mandat d’Emmanuel Macron), de ses apartés au sommet du G7 de Biarritz en juin 2019 ou de ses pas sur les plages normandes quelques jours plus tôt pour le 75e anniversaire du débarquement du 6 juin 1944… ait voulu garder des traces personnelles de ces passages présidentiels en France. 

«President of France»: cette mention sur une partie des documents saisis à Mar-a-Lago, suscite beaucoup d’interrogations et de spéculations.

Si le carton «President of France» de Mar-a-Lago contient des secrets embarrassants pour le locataire de l’Elysée, sa présence en Floride prouve que son détenteur est un dangereux maître chanteur. Si tel n’est pas le cas, alors l’urgence est de le faire savoir. Les mystères de ce carton perquisitionné pour cause de violation présidentielle de la loi américaine sur l’espionnage sont, dans tous les cas, un carburant garanti pour le complotisme. Des deux côtés de l’Atlantique. 

L’épreuve des faits a montré qu’Emmanuel Macron s’est trompé en croyant qu’il pourrait transformer Donald Trump en allié, voire qu’il pourrait le convertir à certaines de ses thèses. Le propre des dirigeants populistes peu regardants sur la démocratie et ses règles est de ne rien respecter d’autre que le rapport de force et l’inclinaison populaire du moment. En gardant, toujours, une arme de destruction politique massive contre de potentiels concurrents ou rivaux.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »