Home / A la Une / Algérie : forte avancée en matière de gestion de l’eau

Algérie : forte avancée en matière de gestion de l’eau

Partagez ceci :

La conférence ministérielle du 8è forum mondial de l’eau qui se tenait depuis le 18 du mois de Mars en cours et qui s’étalera jusqu’au 23 mars  à  Brasilia a vu la participation du ministre des ressources en eau algérien, H.Necib. Ce dernier a présenté l’expérience algérienne dans le domaine des ressources en eau, ou il avait signifié la contribution de l’Algérie à la décision des Nations-Unies en 2010, ou il est stipulé d’inclusion du droit à l’eau parmi les droits humains fondamentaux.

Il a déclaré que l’Algérie avait retranscrit ce principe dans la constitution algérienne dans sa révision effectuée en 2016. En effet, dans la constitution, c’est défini que l’eau est un bien de la collectivité nationale. En outre, il a déclaré la forte affirmation dans la première loi du pays qui a été la résultante d’une démarche globale et déterminée entamée depuis le début des années 2000 sous l’autorité du Président de la république algérienne démocratique et populaire, Monsieur A.Bouteflika. « La question de l’eau dans notre pays une priorité nationale, avec l’objectif de faire de l’accès à cette ressource, une réalité pour tous nos concitoyens.». Avait déclaré le représentant algérien qui a signalé les bouleversements climatiques, les cycles de sécheresse qui deviennent de plus en plus fréquents ainsi que la demande croissante induite par les évolutions socioéconomiques du pays. ».

Le ministre algérien a souligné que l’Algérie a rattrapé au prix d’efforts financiers et humains considérables et, en temps record, les  déficits existants déjà et a été parmi les premiers pays à atteindre les objectifs du millénaire pour le développement et ce dans le domaine de l’accès aux services d’eau potable et d’assainissement. Il est à noter que l’Algérie a triplé sa capacité de production d’eau potable en un peu plus d’une décennie, et ou le ministre avait précisé que 98% de la population algérienne sont actuellement raccordés aux réseaux publics d’eau potable et 90% aux réseaux d’assainissement. Tout comme on notera que l’Algérie s’est engagée dans un programme national de dessalement de l’eau de mer, qui a permis la réalisation de 11 grandes stations fournissant 17% de l’offre nationale en eau potable. Le conseil mondial de l’eau a en effet salué l’expérience algérienne en matière de renforcement des capacités de stockage, de mobilisation des ressources en eau conventionnelles et non conventionnelles, d’extension et de réhabilitation des réseaux urbains de distribution et d’amélioration du service public de l’eau et de l’assainissement.

En tous les cas, ce forum a permis aux acteurs du   secteur de l’eau de débattre du développement et de la mise en œuvre de modèles efficaces de fourniture de services de l’eau et de l’assainissement.

R.B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »