L’Africain ayant le secret de l’antidote du paludisme s’est « exilé » en France

Partagez ceci :

Le médecin-chercheur Jérôme Munyangi travaille depuis plusieurs années sur « l’Artemisia », une plante qui a des vertus thérapeutiques puissants contre le paludisme. Les travaux en laboratoire de ce congolais sont basés sur un traitement alternatif de cette maladie qui est la cause de milliers de décès chaque année en Afrique.

S’estimant inquiété pour ses travaux, le chercheur a obtenu un visa d’asile en France après avoir quitté la République démocratique du Congo (RDC), rapporte le Monde Afrique.

En effet, les bienfaits de la tisane d’Artemisia prise par les malades de paludisme ont été démontrés dans un documentaire diffusé sur la chaîne France 24 sous le titre : Malaria business. Pour Jérôme Munyangi, c’est cela qui lui a valu deux détentions dans la capitale, Kinshasa. Au sujet de sa première détention, le docteur raconte à l’AFP qu’il a « été fouetté, frappé avec des crosses de fusil par ses gardiens et ses avocats ont été chassés par la force ». Les deux arrestations sont d’ailleurs mentionnées par son avocat dans un courrier daté du 21 mars à la Maison de l’Artemisia France, concluant : « Il n’est pas en sécurité en République démocratique du Congo. »

Par conséquent, le chercheur est arrivé en région parisienne le 18 juin via la Centrafrique.

Rappelons que selon l’OMS, le paludisme a tué 435 000 personnes, dont 93 % en Afrique en 2017.