Home / A la Une / Mali: Trois soldats français tués dans une explosion

Mali: Trois soldats français tués dans une explosion

Partagez ceci :

Trois soldats français ont été tués lundi au Mali lorsque leur véhicule blindé a été atteint par un engin explosif. L’annonce a été faite lundi soir par l’Elysée.

Les trois soldats ont été victimes d’une bombe artisanale, dans la zone des « trois frontières », dans le centre du Mali, où la force antiterroriste française Barkhane concentre ses efforts depuis janvier.

«Le président de la République a appris avec une très grande émotion la mort au Mali ce matin de trois soldats français du 1er régiment de chasseurs de Thierville-sur-Meuse», peut-on lire dans un communiqué de la présidence française.

L’attaque a eu lieu près de Hombori, là où le chef d’état-major des armées françaises, le général Lecointre, s’était rendu il y a quelques jours. À Hombori, dans le désert du Gourma malien, une base opérationnelle avancée accueille trois unités des forces armées maliennes et un Groupement tactique désert de la force Barkhane.

Florence Parly, ministre des Armées, a fait part dans un communiqué de son « émotion » et sa « profonde tristesse » à la suite des décès du brigadier-chef Tanerii Mauri, du chasseur de première classe Dorian Issakhanian, et du chasseur de première classe Quentin Pauchet du 1er régiment de chasseurs de Thierville-sur-Meuse.

Le président de transition malien Bah Ndaw a également exprimé sa «gratitude à la Nation française pour l’engagement multiforme et militaire en particulier, aux côtés du Mali et ce, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. »

Déjà, le 15 décembre, un véhicule de patrouille malien en mission avait sauté sur un engin explosif improvisé dans ce même secteur. L’explosion avait fait un mort et cinq blessés.

La France est présente au Sahel dans le cadre de l’opération Barkhane, qui engage plus de 5 000 hommes depuis l’envoi de 600 soldats supplémentaires en 2020, face à la dégradation de la situation. Ces deux nouveaux décès devraient porter à 48 le nombre de soldats français morts au combat dans les opérations Serval (2013) et Barkhane (depuis 2014). Ce nouvel attentat meurtrier intervient trois jours avant l’arrivée du Premier ministre Jean Castex au Tchad, où il doit passer le Nouvel an avec des soldats français de l’opération Barkhane.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »