Home / Affaires / « Mara », le smartphone qui va révolutionner l’Afrique

« Mara », le smartphone qui va révolutionner l’Afrique

Partagez ceci :

L’annonce peut surprendre mais c’est bien le continent africain qui va contribuer à la naissance du smartphone « Mara ». La nouvelle vient de son concepteur Ashih Thakkar, fondateur du Groupe Mara au cours d’une conférence de presse en marge du dernier Forum sur l’investissement à Johanneburg en Afrique du Sud.

Le continent Africain présente un environnement propice à l’éclosion de ces types d’initiative. Le marché des smartphones est très florissant et les marques de téléphones conçus sur place sont très rares. « Mara » veut donc passer ce cap en proposant d’installer les usines sur le continent.

Cette initiative au-delà d’un coup de business permettra aussi à la structure de réduire les prix. « Ce projet montrera le potentiel et la capacité dont nous disposons pour produire des smartphones de bonne qualité et abordables en Afrique, par des Africains, pour les Africains et pour le reste du monde. Nous sommes extrêmement reconnaissants des efforts déployés par les banques africaines de développement dans le secteur, ce qui a grandement encouragé nos progrès » a indiqué Thakkar.

Les smartphones Mara seront produits avec essentiellement pour préoccupation la qualité et le coût. La cible principale sera la population africaine avant une expansion vers les marchés des autres continents.

Une décision qui honore le continent africain et qui veut à tout prix faire sa part. A cet effet, l’entreprise bénéficie du soutien de la Banque Afrique de Développement BAD. Le président de cette Banque, Akinwunmi Adesina a indiqué que cette volonté répond à l’une des préoccupations de son institution qui est d’ « Industrialiser l’Afrique ».  «  cela va être totalement transformateur et créer des millier d’emplois directs », s’est félicité M. Thakkar

Le premier modèle sortira de l’usine rwandaise à Kigali le 1er décembre prochain. Le groupe Mara a investi USD 100 millions (Rs 3,4 milliards) dans ce premier site de production. Un deuxième sera opérationnel à Durban, en Afrique du Sud.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »