Home / Pays / Afrique Centrale / RDC: affaire des « 15 millions de dollars, le silence criard de Tshisekedi

RDC: affaire des « 15 millions de dollars, le silence criard de Tshisekedi

Partagez ceci :

C’est une évidence. L’affaire dite des « 15 millions de dollars » présumés disparus des comptes du Trésor, défraie la chronique en RDC depuis plus de deux semaines. Et la présidence semble de plus en plus embrassée. Une affaire qui place le président Félix Tshisekedi dans une position délicate. Dans la mesure où il est lié à son directeur de cabinet, Vital Kamerhe par une alliance politique nouée en novembre dernier, à un mois de la présidentielle. Ce dernier, qualifié par ses détracteurs de « président bis », figure parmi les quatre personnalités que l’Inspection générale des Finances (IGF) tient pour « responsables ».

Malgré des interpellations répétées de la société civile, Félix Tshisekedi ne s’est pas encore exprimé clairement et publiquement sur ces affaires, rapporte RFI.

« Il n’a jamais dit s’il était informé ou non au préalable de l’existence des deux enquêtes au sujet du détournement présumé de ces fonds publics, ni s’il avait donné son aval », souligne le site de la radio mondiale..

Dans un clip de communication diffusé par la présidence à la télévision publique (RTNC) dimanche 8 septembre, Félix Tshisekedi appelle simplement les Congolais et en particulier les dirigeants du pays à « incarner un changement des mentalités ».

« À ceux qui sont responsables de la gestion des affaires publiques, le premier signe visible du changement sera celui de votre comportement, de votre compétence dans la gestion de la mission qui vous est confiée par le peuple congolais. Nous sommes au service exclusif des Congolaises et des Congolais. »

Mais il ne fait aucune référence explicite à l’affaire des 15 millions pourtant dans tous les esprits en RDC.

Ce silence du chef de l’État passe mal dans l’opinion.

Aux yeux de nombreuses personnalités de la société civile, Félix Tshisekedi passe à côté d’une occasion de prouver qu’il a réellement la volonté et la capacité lutter contre la corruption.

« Félix Tshisekedi parle de changement des mentalités mais évite de parler des 15 millions. N’est-ce pas une vieille mentalité de protéger ses proches ? Le discours de Félix Tshisekedi sur la lutte contre la corruption et le détournement des deniers publics doit être suivi d’actes », a déploré le lendemain Jean-Claude Katende, président de l’ASADHO, l’Association africaine de défense des droits de l’homme.

Un proche du chef de l’État explique que si Félix Tshisekedi garde le silence, c’est pour préserver « l’image d’une certaine cohésion dans ses rangs et ne pas créer de divisions ».

Traduction »