Home / A la Une / RDC/Élections: la pression s’accentue sur la Céni

RDC/Élections: la pression s’accentue sur la Céni

Partagez ceci :

En RDC, on est donc en théorie à J-2 de la date officielle de la publication des résultats provisoires de la présidentielle. Et, avant cette échéance, les appels en direction de la Commission électorale se multiplient.

L’Union africaine (UA) et la Conférence épiscopale demandent à ce que le verdict des urnes soit respecté. Ces dernières heures, les Etats-Unis et le Canada sont, eux aussi, montés au créneau.


Après le scrutin du 31 décembre, Washington demande les « vrais » résultats des élections. Les Etats-Unis disent être aux côtés des millions de Congolais qui se sont rendus aux urnes dimanche dernier, qui se sont mobilisés pacifiquement, souligne encore le département d’Etat américain, malgré « la confusion le jour des scrutins, retards dans l’acheminement du matériel électoral, les problèmes de localisation, des bureaux de vote, des listes électorales ».

« La Céni doit tout faire », dit le gouvernement américain, « pour s’assurer que ces voix et ces votes soient entendus ». Washington qui se dit prêt à prendre de nouvelles sanctions.

Sur les réseaux sociaux, l’ambassadeur du Canada dit, lui, soutenir les déclarations des missions électorales de l’Union africaine (UA) et de la Conférence épiscopale.

La mission de l’UA avait réuni mercredi les trois principaux candidats ou leurs représentants, le président de la Commission électorale et avait insisté sur ce point. Il faut que les résultats proclamés soient conformes à la vérité des urnes. Le chef de la mission de l’UA, le Malien Diouncouda Traoré, a été reçu ce matin à Addis-Abeba par le président de la Commission, Moussa Faki.

A l’issue de cet entretien, le tchadien Moussa Faki a de nouveau insisté lui aussi sur le fait que « le respect du résultat des élections est crucial ».

La Conférence épiscopale est allée plus loin ce jeudi. L’Eglise catholique a la plus grande mission d’observation électorale et la Cenco assurait déjà connaitre le nom du président élu sur la base d’un échantillon représentatif d’un peu moins d’un tiers des bureaux de vote, mais dit attendre que la Céni proclame ces résultats, dans la vérité et la justice, alors que des cas de fraude continuent d’être signalés.

Source: RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »