Home / A la Une / RDC : un pasteur proche de Kabila condamné à 3 ans de prison

RDC : un pasteur proche de Kabila condamné à 3 ans de prison

Partagez ceci :

Ancien président de la Commission électorale nationale indépendante, le pasteur Daniel Ngoy Mulunda a été condamné, mercredi, par le tribunal de grande instance de Lubumbashi, à trois ans de prison ferme pour « incitation à la haine tribale, propagation de faux bruits et atteinte à la sûreté intérieure de l’État ». Cette condamnation provoque des remous. Dans les rangs de la coalition de l’ex-président Joseph Kabila on parle d’un scandale quand du côté de la société civile la procédure et l’interpellation du pasteur ont été critiquées.

Un pasteur méthodiste avec des diplômes certes, mais Daniel Ngoy Mulunda n’a jamais caché ses affinités avec Joseph Kabila. En 2001, il était déjà à son service. Le pasteur était resté proche de Kabila en 2006 pour la campagne électorale. Mais l’ascension dans sa carrière pastorale, il la doit surtout à l’archevêque sud-africain Desmond Tutu, qui le bombarda à la tête de la jeunesse de la Conférence des églises de toute l’Afrique après un concours. 

Dans l’est du pays, il s’est fait connaître après des années de conflits armés persistants. Avec son ONG, le Programme œcuménique de paix, transformation des conflits et réconciliation (Parec), il avait lancé une opération « Arme contre vélo » ou « Arme contre 100 dollars ».  Dans ce cadre, il a battu des estrades au Katanga, dans les Kivus et en Ituri pour récupérer des milliers d’armes.

En 2011, le prédicateur avait été propulsé président de la Commission électorale par la majorité pro-Kabila. Il en restera redevable alors que Joseph Kabila avait été réélu sur fond des contestations de l’opposition et de la société civile qui dénonçaient alors des irrégularités.

Son mandat épuisé à la tête de la Céni, Ngoy Mulunda s’est replié dans son Katanga natal sans être avare en paroles. Et le 16 janvier dernier, du haut de la chaire, Il s’est rendu coupable des propos qualifiés de sécessionnistes. Ce qui lui vaut sa condamnation.

Avec RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »