Accueil / Africa top success / RDC: la guerre des mots entre les FARDC et le M23 après le crash d’un hélicoptère de la MONUSCO

RDC: la guerre des mots entre les FARDC et le M23 après le crash d’un hélicoptère de la MONUSCO

Partagez ceci :

Huit soldats de la Monusco, Mission onusienne en RDC, ont trouvé la mort mardi 29 mars dans le crash de leur hélicoptère. Les forces armées congolaises et les rebelles du M23 s’accusent mutuellement d’avoir abattu l’appareil.

Parmi les victimes, six Pakistanais, un Russe et un Serbe. L’appareil s’est écrasé dans l’est du pays, dans une zone où depuis quelques jours d’intenses combats opposent les FARDC et les rebelles du M23.

Pour les Forces armées congolaises, c’est le M23 qui a abattu l’hélicoptère, alors que selon Kinshasa, l’appareil était en train de réaliser une mission de reconnaissance inoffensive pour évaluer les mouvements de populations entraînés par les combats.

Les rebelles, eux, ont démenti, parlant « d’allégations déroutantes » pour faire « diversion ». Car en effet, selon le M23, ce sont au contraire les soldats congolais qui ont abattu l’hélicoptère. Alors que les FARDC pilonnaient la colline de Tchanzu, un appareil de la Monusco a été touché par des tirs de mortier provenant de camp militaire de Rumangabo, selon le mouvement armé.

La MONUSCO reste prudence

La Monusco déclare simplement que l’origine de l’incident est pour le moment inconnue. Néanmoins, Khassim Diagne, le représentant spécial adjoint cité par RFI, parle « d’un crash causé par un objet lumineux ». Il n’en dit pas plus, même si cette information fait penser à une roquette. Khassim Diagne ajoute d’ailleurs ne pas exclure « la piste d’une attaque contre l’hélicoptère ».




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »