Accueil / A la Une / « Si un enseignant tombe amoureux de son élève, qu’il change d’école ou démissionne », Patrice Talon

« Si un enseignant tombe amoureux de son élève, qu’il change d’école ou démissionne », Patrice Talon

Partagez ceci :

La question délicate des relations entre enseignants et élèves a été soulevée par le président béninois, dans un entretien avec les parlementaires jeudi 23 septembre. A l’occasion, Patrice Talon a recommandé aux enseignants que si d’aventure, ils font objet de harcèlement sexuel de la part d’une élève ou étudiante, qu’ils aient le courage de dénoncer cette dernière.

« Une fille qui harcèle son professeur doit être poursuivie. Et l’enseignant doit vite la dénoncer », a déclaré le chef de l’Etat.

Vu sa position, Patrice Talon reconnaît que le harcèlement sexuel n’est pas dans un seul sens. Il conseille donc à l’enseignant harcelé de porter plainte contre l’élève. 

« Si vous vous laissez harceler et que vous tombez dans le piège et qu’une relation est établie, elle sera considérée comme victime mais vous êtes l’auteur », a-t-il ajouté.

En revanche, dernier fait cette précision : « si un enseignant tombe amoureux de son élève ou de son étudiante, qu’il change de classe, d’école, d’amphi ou démissionne. Les filles doivent mériter leurs notes et avoir la paix du cœur pour étudier ».

L’enseignant qui harcèle une apprenante dans tout secteur doit être découragé à jamais, estime le Numéro un béninois.

Pour M Talon, des lois sur le harcèlement sexuel en milieu éducatif sont indispensables pour garantir aux filles le droit à une éducation dispensée dans un environnement sans discrimination ni violence. 

Le chef de l’Etat échangeait avec les députés, sur un certain nombre de projet de lois, notamment le « projet de loi portant mesures spéciales de répression des infractions commises à raison du genre et de protection de la femme en République du Bénin ».

Si le texte est voté, les relations amoureuses entre élèves et enseignants seront proscrites désormais au Bénin.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »