Accueil / A la Une / Uemoa : Patrice Talon a posé une condition avant d’accepter le mandat

Uemoa : Patrice Talon a posé une condition avant d’accepter le mandat

Partagez ceci :

Nouveau président en exercice de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa), le chef de l’État béninois Patrice Talon a été désigné par ses pairs vendredi à Accra, au terme d’un double sommet Cédéao-Uemoa.

Il prendra fonction dans un mois au cours d’un sommet virtuel.

Avant d’accepter, renseigne Aurélien Agbenonci, le ministre béninois des Affaires étrangères, Patrice Talon a proposé d’entrer une petite réforme qui a été validée par ses pairs.

« La preuve que ce mandat sera placé sous le signe des réformes, c’est que le président a posé une condition avant d’accepter ce mandat-là. Il était difficile d’avoir un président de l’Uemoa qui soit d’un pays A et un président du conseil des ministres qui est généralement un ministre des Finances d’un pays C, parce qu’un président en exercice ne peut pas solliciter systématiquement un ministre qui relève d’un autre chef d’État. Donc le président Talon a souhaité que désormais le président du conseil des ministres et le président de la conférence des chefs d’État soient du même pays. Donc bien naturellement, mon collègue Romuald Wadagni va reprendre la présidence du conseil des ministres de l’Uemoa. C’est la première réforme, c’est pour dire que les choses commencent dans un esprit de réforme, de transformation nécessaire de notre Union. », a expliqué Aurélien Agbenonci, au micro de RFI.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »