Umalis Group
Home / A la Une / Bénin/Covid-19 : l’intervention de Talon qui séduit la toile

Bénin/Covid-19 : l’intervention de Talon qui séduit la toile

Partagez ceci :

Un homme de conviction, un dirigeant qui tient compte des réalités de son pays…Patrice Talon impressionne par son pragmatisme, notamment dans ce combat contre le Covid-19, qui sème de la désolation à l’échelle planétaire. Contrairement à certains de ses pairs à l’instar du Congolais Denis Sassou N’guesso, le sud-Africain Cyril Ramaphosa ou encore le Zimbabwéen Emmerson Mnangagwa, qui ont décrété un confinement général, le chef de l’Etat béninois a opté pour un confinent partiel, une mesure entrée en vigueur depuis lundi à minuit. Car, justifie-t-il, « mon pays n’a pas les moyens de survivre à une telle option ». Une position qui devrait inspirer d’autres présidents africains.

Patrice Talon a donc décidé d’isoler douze principales villes du sud du pays, notamment Cotonou, Ouidah, Allada et Porto Novo, la capitale.

Autour de cette zone dite critique, un cordon sanitaire a été établi et depuis les premières heures de lundi, la police a pris position et a érigé des checks-point.

Pas de sorties et pas d’entrées dans cet espace, sauf munies d’une dérogation des préfets.

Selon des témoignages recueillis par RFI, beaucoup se sont fait surprendre et ont dû faire demi-tour devant les barrières infranchissables de la police.

Retour sur l’intervention dimanche à la télévision ORTB de Patrice Talon, sur l’option de confinement partiel.

Des propos qui, au-delà de leur caractère sociopolitique, font sensation sur la toile.

Extrait :

La majorité des Béninois n’a « pas les moyens » de supporter un confinement général de longue durée.

« Pour donner des résultats papables, il y’a des mesures qui doivent être mises en œuvre par package. Certaines mesures n’ont pas le même degré de pertinence partout et d’autres nécessites même que les acteurs concernés disposent d’un minimum de temps pour s’apprêter. Il y’a aussi des actions et des mesures qui ne sont pas soutenables trop longtemps dans notre contexte. Et pour lesquelles il faut trouver le bon timing de mise en œuvre. Pour accompagner les réductions de mobilités, de confinements, les pays riches débloquent des sommes faramineuses et certains font même recours à des solutions monétaires à peine déguisée voire la planche habillée pour prévenir le chaos socio-économique inévitable autrement. Le Bénin, notre pays à l’instar de la plupart des pays d’Afrique ne dispose pas de ces moyens. Si nous ne tenons pas compte de tout cela, nous pourrions dans notre action déclencher un chaos qui remettrait même en cause le minimum impératif de la lutte. Il y’a également l’autre facteur très déterminant que le commun des commentateurs ne peut percevoir, c’est l’après Covid, parce que ce combat nous allons le gagner forcement, nous devons combattre le virus et le vaincre sans compromettre notre survie après victoire. Si nous prenons des mesures qui affament tout le monde à la fois et trop longtemps, elles finiront très vite à être bavées et bafouées sans avoir permis d’atteindre les objectifs. Un exemple : contrairement aux citoyens des pays développés, d’Amérique, d’Asie, d’Europe, la grande majorité des Béninois ont un revenu non salarial. Combien de personnes au Benin ont un salaire mensuel et qui peuvent attendre deux, trois ou quatre semaines, même sans travailler et vivre des revenus du mois, combien ? Comment peut-on donc dans un tel contexte où la plupart de notre concitoyen donne la popote avec les revenus de la veille ? Comment donc peut-on décréter sans préavis un confinement général de longue durée ? Les mesures que nous venons de prescrire et qui vont entrer en vigueur lundi (demain) nous permettront d’empêcher la propagation du virus à l’intérieur du pays tout en préservant l’activité économique dans une partie du territoire et en réduisant seulement la mobilité de certains acteurs dans la zone critique. C’est un exercice très difficile qui requiert sérénité, sang-froid et perspicacité ».

Propos recueillis par Franck OROCOTI


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »