Home / Pays / Afrique Australe / Angola / Sindika Dokolo: l’acteur de la restitution des trésors culturels volés à l’Angola

Sindika Dokolo: l’acteur de la restitution des trésors culturels volés à l’Angola

Partagez ceci :

Homme d’affaires congolais, Sindika Dokolo possède la plus importante collection africaine d’art contemporain et classique. Au-delà de son succès dans les affaires, il milite en faveur de la restitution des trésors culturels volés à l’Afrique.

Pour lui, il est primordial que les africains retrouvent leur héritage culturel tout en continuant d’enrichir ce patrimoine et de le valoriser.

« L’art africain ne sera jamais plus fort que lorsque les africains eux-mêmes auront conscience de sa valeur, l’apprécieront et en seront des acteurs présents et actifs » a-t-il déclaré sur ce sujet. Pour mener à bien son combat, il a mis sur pied une fondation, la Fondation Sindila Dokolo.

Avec son équipe, Sindika Dokolo mène depuis 2015 un rude combat pour récupérer des œuvres d’art pillées durant de la guerre civile angolaise (1975-2002).

En juin dernier, la Fondation Sindika Dokolo (FDS) a ainsi présenté six pièces volées au Musée de Dundo, qui abrite le riche patrimoine culturel du peuple Chokwe. Deux masques, une chaise, un tabouret, une pipe et une coupe Chokwe ont donc été restitués à l’Angola.

En trois ans, il s’agit là de la troisième restitution d’œuvres d’art Chokwe organisée par la FDS, portant à onze le nombre de pièces qui retrouvent leur place d’origine, l’Angola.

L’ambitieuse mission de Sindika

C’est donc en 2015 que commence le nouveau combat de Sindika pour les restitutions. Dokolo et son ami, le marchand d’art congolais Didier Claes, visitent le Musée de Dundo situé au nord-est de l’Angola, à la frontière avec la République Démocratique du Congo. S’ils ont aimé l’édifice, le contenu les a plutôt interpellés.

“Le petit musée était remarquablement réhabilité, avec un sens de soi et une approche signifiante de la révélation des cultures et des valeurs Chokwe. Malheureusement, il ne comportait aucune œuvre d’art », se rappelle Sindika Dokolo.

Le constat triste et amer force les deux amis à se lancer dans ce combat. Ils vont s’activer pour identifier, retrouver et restituer un maximum des milliers d’œuvres volées au peuple Chokwe et aux africains en général.

« La question de la restitution est centrale, morale, politique et philosophique. L’Afrique est le continent qui regorge de la plus grande réserve de croissance et notamment humaine. Donc il est important de nous redéfinir autour de ce patrimoine culturel fondamental. »   

Une fois la mission terminée, Sindika se promet de revenir visiter le Musée de Dundo enrichi de ses œuvres retrouvées, avec sa famille composée de ses cinq enfants et de son épouse Isabel Dos Santos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »