Home / Pays / Afrique Australe / Succession à la tête de l’OIF, l’UA soutient la candidature de la rwandaise Louise Mushikiwabo

Succession à la tête de l’OIF, l’UA soutient la candidature de la rwandaise Louise Mushikiwabo

Partagez ceci :

Le 31e sommet de l’Union africaine (UA) a pris fin lundi 2 juillet à Nouakchott avec à la clé des décisions importantes qui y ont été prises.

Si les discussions ont largement été dominées par la question sécuritaire à l’instar de la guerre civile au Soudan du Sud, le conflit au Sahara occidental, l’indépendance financière de l’UA, la Francophonie s’est également invitée à ce sommet avec à la clé la le lancement de campagne pour la succession à la tête de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF).

A l’issue de ce sommet, l’on a noté une mobilisation effective autour de la candidature du Rwanda pour diriger l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), après quatre ans de mandat de la Canadienne Michaëlle Jean, candidate à sa propre succession en octobre prochain.

Avant l’ouverture, souligne RFI, le président du Rwanda Paul Kagame avait fait savoir qu’il tenterait de s’assurer du soutien de ses pairs à la candidature de sa ministre des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo (photo au milieu).

Mission accomplie alors pour le président de l’Union africaine:  l’organisation a demandé à tous les membres de la Francophonie de soutenir la candidature du Rwanda.

Autre soutien de taille: Paris, dignement représenté par son dirigeant  Emmanuel Macron, qui appuie cette démarche. En termes plus clairs, si Louise Mushikiwabo est élue, la direction de l’OIF sera donc ramenée en Afrique.

En tant que cheffe de la diplomatie du pays qui préside l’organisation panafricaine, Louise Mushikiwabo avait dirigé le Conseil exécutif de l’organisation jeudi 28 juin, un bon point pour sa candidature à la tête de l’OIF, la seule pour l’instant, des États africains.

Le Conseil exécutif de l’Union Africaine a pour habitude de soutenir les candidatures du continent pour les postes au sein d’organisations internationales, quoique ce soutien n’est pas systématique. Lors du sommet de la Francophonie à Dakar en 2014, Michaëlle Jean s’était présentée face à plusieurs candidats africains, ce qui a pu contribuer à sa victoire.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »