Accueil / A la Une / Suspension de la Guinée de la Cedeao : première sanction du coup d’État

Suspension de la Guinée de la Cedeao : première sanction du coup d’État

Partagez ceci :

Réunis en sommet extraordinaire virtuel le mercredi 8 septembre, les chefs d’État de la Cédéao ont décidé de suspendre la Guinée des instances de l’institution sous-régionale exactement 72 heures après le coup d’État qui a renversé le président Alpha Condé.

En réaffirmant « son opposition sans réserve à tout changement politique par des moyens non constitutionnels » et condamnant « avec la plus grande vigueur ce coup de force », la Cedeao n’a pas non plus décidé de sanctions individuelles tels que les gels des avoirs ou interdiction de voyager contre les putschistes.

Il n’existe pas non plus des sanctions économiques, comme l’arrêt des échanges commerciaux ou la fermeture des frontières.

Pour rappel, l’institution avait déjà condamné la prise de pouvoir par les militaires et l’arrestation du président Alpha Condé. La Cedeao exige une nouvelle fois « le respect de l’intégrité physique » et « la libération immédiate et sans condition » du président renversé.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »