Accueil / Affaires / Téléphonie mobile: en difficulté au Bénin et au Cameroun, MTN fait de la résistance !

Téléphonie mobile: en difficulté au Bénin et au Cameroun, MTN fait de la résistance !

Partagez ceci :

L’opérateur de téléphonie MTN rencontrerait de sérieuses difficultés au Bénin et au Cameroun. Après avoir passé au crible ses résultats annuels de 2017, la multinationale sud-africaine, envisagerait l’abandon de certaines de ses filiales, apprend-on de la presse économique.

Dans un rapport débordant de chiffres, la compagnie de Télécom évoque « des changements » à mener à moyen terme dans le portefeuille du groupe, en fonction de la démographie, des synergies régionales, des conditions géopolitiques ou de l’environnement des affaires.

Suite à cette annonce, la presse spécialisée a vite fait de pointer du doigt ses succursales du Bénin et du Cameroun. C’est que dans ces deux pays, MTN a enregistré, ces derniers mois, de nombreuses déceptions. D’après les experts, la consommation souffre de la contraction de l’économie nigériane.

Des analyses auxquelles les directions du Cameroun et du Bénin s’inscrivent en faux. Elles se veulent rassurantes. « MTN est, et demeure au Bénin », conteste la direction générale de Cotonou, dans un communiqué en date du mercredi 14 mars 2018. Même refrain du côté de Douala. On promet que la compagnie « n’envisage pas de quitter le Cameroun ».

Si MTN Group se montre sereine et optimiste pour la suite, les médias, eux, émettent des réserves. 2017 a été une « une année 2017 difficile » dans ces deux pays. Dans son rapport annuel, le groupe explique qu’au Cameroun, la crise dans les régions anglophones durant le 1er trimestre 2017 (93 jours de coupure du réseau) couplée aux défis de la réglementation et de l’opérationnel ont plombé les prévisions.

Le 24 octobre 2017, MTN Cameroun s’est vue sanctionnée par les autorités locales à hauteur de 6,6 millions de dollars (environ 4 milliards de F CFA) pour ne pas avoir respecté les règles en vigueur en matière d’identification des abonnés. Près de 3 millions de ses abonnés seront déconnectés. Entraînant une chute du nombre de ses clients, les ramenant à 7,1 millions.

Yaoundé a également raccourci d’un an la licence mobile du groupe, qui va jusqu’à 2030. En conséquence, la filiale a enregistré une baisse de près de 7% de ses revenus globaux, note-on de source médiatique.

Au Bénin, la main de l’autorité a été plus lourde. La succursale a été frappée en 2017 par une amende de 134,4 milliards de francs CFA (205 millions d’euros) pour non versement de cette somme en redevances. Une accusation que rejette l’opérateur. Pis, son directeur général de l’époque, Stephen Blewett, se fera expulser du pays.

MTN ne peint, toutefois, pas tout en noir. Dans son rapport annuel, il a pris le soin de souligner, pour le Cameroun, la bonne croissance du secteur data (+21,1%) et des revenus digitaux en hausse de 27,4%. Le service de mobile banking de l’entreprise, MTN Money, a vu le nombre de ses utilisateurs actifs bondir à 1,1 million (+194,2% par rapport à 2016), permettant de multiplier par huit ses revenus issus du secteur.

Toujours selon le même document, MTN indique être encore en discussion avec les autorités béninoises pour trouver une solution amiable au différend qui continue de les opposer. « Nous cherchons avant tout à faire en sorte que les négociations aboutissent et notre priorité est de trouver le compromis viable et durable qui permette à MTN de poursuivre ses opérations et de fournir des services numériques de qualité aux clients », peut-on lire dans le communiqué du 14 mars dernier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »