Accueil / Africa top success / Terrorisme : il ne s’agit plus de faire cette lutte à la place du Burkina

Terrorisme : il ne s’agit plus de faire cette lutte à la place du Burkina

Partagez ceci :

La présence militaire française sur le sol burkinabé a été très critiquée ces dernières semaines dans le cadre de manifestations antifrançaises à Ouagadougou, poussant à repenser l’objectif des forces françaises dans la lutte contre le terrorisme.

« Les relations n’ont pas toujours été loyales », a laissé entendre le Premier ministre du Burkina Faso lors de son discours de politique générale, même s’il n’a cité aucun pays. S’étant senti indexé, la France a répliqué : « Évoquer, en retour, un départ de la force Sabre, c’est une façon de mettre la pression sur le capitaine Traoré ».

Projet militaire bien particulier, le contingent Sabre a pour but de neutraliser les groupes terroristes.

« Nous travaillons à une organisation du format de nos bases militaires existantes. Elles devront garder certaines capacités, pour protéger nos ressortissants par exemple, mais aussi se tourner davantage vers la formation des armées locales. Il n’est plus question de lutter contre le terrorisme « à la place » de nos partenaires, mais de le faire avec eux, à leurs côtés », a indiqué le ministre des Armées, Sébastien Lecornu, dans un entretien au Journal du Dimanche.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »