Accueil / A la Une / AfricArxiv: une plateforme pour le partage de la science en langues africaines

AfricArxiv: une plateforme pour le partage de la science en langues africaines

Partagez ceci :

Les langues africaines doivent être promues et doivent faire partie des sujets de recherches des scientifiques issus du continent. C’est donc pour encourager cela qu’un référentiel qui accepte la recherche dans les langues indigènes, comme le swahili, l’akan, le zoulou, l’igbo et plus encore a été lancé.

AfricArXiv est une plateforme qui met en ligne les prépublications qui ont été uniquement soumises  par des scientifiques africains ou ceux dont la recherche est pertinente pour le continent.

L’idée est d’améliorer la visibilité de la science africaine tout en aidant les universitaires à partager leur travail rapidement,

Sont derrière l’initiative, Justin Ahinon, co-fondateurs, développeur web et étudiant en statistiques appliquées au Bénin et Jo Havemann, formateur dans un cabinet de conseil en communication scientifique basé à Berlin, en Allemagne. Ils  espèrent apporter ainsi leur pierre dans l’amélioration de la collaboration entre les chercheurs. La plateforme rendra le savoir plus accessible aux décideurs, aux entrepreneurs, au personnel médical, aux agriculteurs, aux journalistes et aux autres acteurs.

Bien qu’il soit probable que la plupart des recherches seront initialement reçues en anglais et en français, l’option de soumettre dans les langues locales sera la bienvenue et fortement encouragée. En effet, il y a plus de 2 000 langues africaines, mais leur place dans l’éducation a été délégitimée en faveur des langues coloniales.

Et pourtant, selon l’UNESCO, une recherche montre que l’apprentissage dans les langues maternelles est non seulement rentable, mais améliore grandement le développement cognitif et l’efficacité de l’apprentissage à tous les niveaux, de l’enseignement primaire à l’enseignement supérieur.

AfricArxiv est la dernière d’un certain nombre de plateformes d’édition ouvertes lancées depuis le début de 2018. En mars, l’Institut Africain des Sciences mathématiques, et Elsevier ont annoncé la création de la revue à accès libre Scientific African, et en avril, l’Académie Africaine AAS et F1000 ont lancé AAS Open Research, qui publie des manuscrits soumis à un processus d’examen par les pairs.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »