Home / A la Une / Assassinat du Col Madjoulba : Koffi Yamgnane sonne l’alerte d’une ‘guerre civile’ au Togo

Assassinat du Col Madjoulba : Koffi Yamgnane sonne l’alerte d’une ‘guerre civile’ au Togo

Partagez ceci :

L’assassinat du Col Madjoulba est « une abomination supplémentaire » qui risque de conduire à une guerre civile au Togo, s’est axprimé Koffi Yamegnane, le président de Sursaut-Togo. Pour éviter cela, il appelle les Forces armées et les Togolais à réclamer justice pour l’officier. 

L’ancien secrétaire d’État chargé de l’Intégration auprès du ministre des Affaires sociales et de l’Intégration en France n’arrive toujours pas à comprendre « le silence du gouvernement de Faure Essozimna Gnassingbé et sa décision de remplacer immédiatement un Chef de Corps issu de l’ethnie Nawdba par un officier de sa propre ethnie ».

A l’en croire, « ce régime (de Faure Gnassingbé, ndlr) qui a toujours tenté d’instrumentaliser la division ethnique est un régime qui joue sciemment avec le feu ».

« Faure Gnassingbé, pas plus que ses militaires, ses centaines de conseillers, n’a tiré aucune leçon du drame que le Rwanda a connu, et avant lui l’Afrique du Sud. Les 27 ans de prison de Madiba Mandela ne serviront-ils donc jamais d’exemple? », semble convaincu M. Yamgnane.

Ce dernier sonne d’ailleurs l’alerte une guerre civile imminente au Togo. « Personne ne semble voir venir le danger, pourtant il est imminent: le jour où toutes les autres ethnies s’uniront contre Faure et la sienne, le monde se réveillera avec un goût de sang à la bouche. Une guerre ethnique au Togo, comme semble le souhaiter Faure, sera une catastrophe immense, non seulement pour le petit Togo, mais elle enflammera le continent tout entier. Que personne ne vienne alors dire: on ne savait pas! », a-t-il prévenu. 

A l’armée togolaise, au peuple et à la jeunesse togolaise, l’ancien secrétaire d’Etat lance ensuite un appel à l’éveil de conscience.

« Armée togolaise, jeunesse togolaise, peuple togolais, dressons-nous tous contre l’impunité et réclamons justice pour Bitala Madjoulba. Dites tous et chacun avec moi: JE SUIS MADJOULBA! », a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »