Au moins 69 Tunisiens aspirent à la succession de Béji Caïd Essebsi

Partagez ceci :

La course au fauteuil présidentiel après la mort de l’ancien président tunisien est rude à plusieurs égards. Des anciens ministres aux hommes d’affaires en passant par des figures moins connues sur la scène nationale, les Tunisiens rêvent de la Magistrature suprême et ne s’en cachent pas.

Ils sont des dizaines de candidats à se présenter à l’élection présidentielle prévue le 15 septembre. A l’issue de ce scrutin, le nom du successeur de Béji Caïd Essebsi sera connu. L’Instance indépendante chargée des élections a enregistré plus de 50 candidatures à la présidence tunisienne depuis le 2 août, date de l’ouverture des dépôts. Aujourd’hui a pris fin la période de dépôt de candidatures.

Voici les noms de quelques candidats : l’ex-ministre de la Défense, Abdelkarim Zbidi, Abdel Fattah Mourou présenté par le parti d’inspiration islamiste Ennahdha, l’ancien président Moncef Marzouki, Hamma al Hammami du parti Front populaire, l’actuel Premier ministre, Youssef Chahed, Mohsen Marzouk du parti Machrou Tounes, l’ancien Premier ministre Mehdi Jemaa, Nabil Karoui, un homme d’affaires controversé, la sympathisante de l’ancien régime de Ben Ali Abir Moussa, l’avocat Mounir Baatour, chef du parti libéral et avocat homosexuel.

L’Instance chargée des élections a jusqu’à la fin du mois pour annoncer les noms des candidats éligibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *