Accueil / Affaires / Cameroun : des stars de la musique, du sport et du cinéma annoncent un film contre les violences faites aux femmes
Women demonstrating in Dabou, Ivory Coast Women demonstrating in Dabou, Ivory Coast. GODONG / BSIP (Photo by GODONG / BSIP / BSIP via AFP)

Cameroun : des stars de la musique, du sport et du cinéma annoncent un film contre les violences faites aux femmes

Partagez ceci :

Réalisé par le Nigérian Zack Orji et la Camerounaise Léonie Bwemba, « Alerte », un long métrage de 120 minutes axé sur la violence faite aux femmes sera disponible dans les prochains jours.

Le cinéma africain attend un nouveau dans les prochains. A voir le panel d’acteurs qui jouent dans ce film, on s’attend à du lourd. Des légendes du sport, de la musique et du cinéma vont se mettre ensemble pour s’insurger contre la même cause : « la violence faite aux femmes ». Parmi eux, Yannick NoahAurélien ChedjouLucie Memba BosJacques-Greg Belobo, Hassan NdamMagascoMimieMartin PoulibeRoger Brice Sobgo, Otia Vitalis, Tatiana Matip et Zack Orji. Réalisé par le Nigérian Zack Orji et la Camerounaise Léonie Bwemba, « Alerte », le long métrage de 120 minutes est annoncé en salle pour les prochains jours. La réalisatrice Léonie Bwemba veut avec ce film toucher le maximum de personnes et  susciter cette fois-ci une plus grande prise de conscience, Elle a décidé de collaborer avec l’Agence locale du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA). La productrice s’appuie ainsi sur son Agence de management de sport et de cinéma (Janusimages) pour élaborer ce plaidoyer cinématographique. L’objectif étant de faire de ce projet, un élément déclencheur de prise de conscience et de changement de comportements vis-à-vis de la population féminine déjà très affectée. « Alerte »

Selon les chiffres officiels, « une femme sur trois dans le monde subit des violences physiques ou sexuelles au quotidien. Dénoncé pourtant depuis des années par différentes associations et organisations, le fléau persiste et ses victimes ne cessent de s’accroître. Il est question d’intensifier la sensibilisation malgré tout », explique la productrice Léonie Bwemba.  

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »