Home / A la Une / Côte d’Ivoire : les nouvelles ambitions dans la transformation du cajou

Côte d’Ivoire : les nouvelles ambitions dans la transformation du cajou

Partagez ceci :

La Côte d’Ivoire montre ses ambitions dans la transformations du cajou. Les travaux pour créer la première zone industrielle de transformation de l’anacarde (noix et pommes de cajou) à Bondoukou, dans l’est de la Côte d‘Ivoire, vont démarrer bientôt. Cette zone sera le moyen essentiel pour le pays d’avancer dans le domaine.

D’ici 2022, la Côte d’Ivoire ambitionne disposer d’une zone de transformation d’anacarde.

« La zone industrielle de Bondoukou s’étendra sur une superficie de 15 hectares pour un objectif de production selon la capacité des usines qui vont s’installer. La zone peut absorber entre trois et cinq unités de transformation de noix de cajou. Après celle de Bondoukou, on aura les travaux de la zone industrielle de Korhogo (25 ha) et de Séguéla dans le Nord du pays puis de Bouaké (25 ha) dans le centre », a précisé le directeur général du Conseil du coton et de l’anacarde (CCA), Adama Coulibaly à l’APA.

La zone industrielle viendra s’ajouter au Centre d’innovations et de technologies de l’anacarde (CITA), inauguré à Yamoussoukro le 1er octobre dernier.

Une fois cette zone industrielle opérationnelle, « transformateurs pourront bénéficier d’exonération totale de droit à l’importation d’équipement ainsi que des crédits d’impôts. En outre, une subvention de FCFA 400 par kilo d’amandes sorties d’usine sera allouée » selon commodafrica.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »