Home / A la Une / CPI : Laurent Gbagbo peut-il espérer des dommages et intérêts ?

CPI : Laurent Gbagbo peut-il espérer des dommages et intérêts ?

Partagez ceci :

Acquitté définitivement le 31 mars par la Cour pénale internationale (CPI), l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo est désormais libre de ses mouvements. Depuis Bruxelles où il réside, il peaufine les modalités de son retour en Côte d’Ivoire. En tout, près de huit ans derrière les barreaux, plus deux années en liberté conditionnelle à Bruxelles, il a la possibilité de réclamer des dommages et intérêts pour la longue privation de liberté qu’il a subie. Mais, souligne Jeune Afrique, la procédure est très codifiée et sans garantie de succès.

Accusé de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité durant la crise postélectorale de 2010-2011, qui a fait plus de 3 000 morts, l’ancien président ivoirien avait été arrêté le 11 avril 2011 à Abidjan par les forces d’Alassane Ouattara.

Après huit mois en détention à Korhogo, il avait été transféré fin 2011 à La Haye.

Il y a été emprisonné au centre pénitentiaire de Scheveningen jusqu’à son acquittement en première instance, en janvier 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »