Home / Affaires / Création d’entreprises: les Africaines en tête du classement mondial

Création d’entreprises: les Africaines en tête du classement mondial

Partagez ceci :

Les femmes africaines sont celles qui créent le plus d’entreprises dans le monde. Elles sont placées en tête du classement mondial, à en croire une étude récente. Cette enquête intitulée « L’entrepreneuriat des femmes en Afrique : un chemin vers l’émancipation » a été rendue publique par l’institut Roland Berger.

C’est le cabinet Roland Berger, grand mécène de la Fondation WIA Philanthropy qui a commandité l’étude. Les résultats communiqués permettent de voir plus clair sur la thématique Femmes Afrique Business. Le cabinet dresse ainsi un portrait de la nouvelle génération de femmes qui transforment actuellement le continent.

Le constat qui est fait c’est que les femmes africaines ont cette capacité de monter très rapidement leurs affaires. Elles sont toutefois freinées dans leurs initiatives par le manque de financement sur le continent. L’enquête révèle que 24 % des femmes créent leurs entreprises, soit « un taux beaucoup plus élevé » qu’en Amérique latine (17 %), en Amérique du Nord (12 %), en Europe et en Asie centrale (8 %).

« Les femmes créent souvent leurs entreprises à défaut de pouvoir accéder au marché de l’emploi et (…) parce qu’elles ont besoin d’une source de revenus pour elles et leurs familles », lit-on dans le rapport de cette étude qui s’est beaucoup plus basée sur des indicateurs notamment le niveau d’égalité, l’emploi, la langue.

Si l’on peut se réjouir de ce classement et du sens de créativité des femmes africaines, du chemin reste à faire pour garantir une éclosion des initiatives de ces africaines. L’étude souligne la « rareté des infrastructures, le manque de formation digitale et la difficulté de trouver des financements », Une situation qui amène 15 % des femmes à mettre un terme à leurs activités alors qu’elles pouvaient contribuer de façon significative au développement de leur pays.

Les Etats sont donc interpellés dans ce document de 28 pages à garantir un espace adéquat à l’éclosion des initiatives des jeunes, des femmes, quels que soient les domaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »