Accueil / Non classé / Dénonçant les manœuvres d’un État extra-régional, le Mali se retire du G5 Sahel

Dénonçant les manœuvres d’un État extra-régional, le Mali se retire du G5 Sahel

Partagez ceci :

Une nouvelle illustration de l’isolement décidé par l’armée au Mali. Le pays dirigé par Assimi Goïta a annoncé dimanche soir dans un communiqué, son retrait de l’organisation sous-régional, le G5 Sahel et de sa force militaire antijihadiste.

Pour justifier sa décision, la junte au pouvoir a mis en avant le peu de progrès réalisés face aux insurgés et l’échec dans l’organisation récente de sommets au Mali et les manœuvres d’un État extra-régional.

Une conférence des chefs d’États du G5 Sahel, prévue en février 2022 à Bamako, devait « consacrer le début de la présidence malienne du G5, mais près d’un trimestre après le terme indiqué, cette réunion ne s’est toujours pas tenue », souligne ce communiqué.

Bamako « rejette fermement l’argument d’un État membre du G5 Sahel qui avance la situation politique interne nationale pour s’opposer à l’exercice par le Mali de la présidence du G5 Sahel », sans citer cet État.

Selon le gouvernement malien, « l’opposition de certains États du G5 Sahel à la présidence du Mali est liée aux manœuvres d’un État extra-régional visant désespérément à isoler le Mali », sans également préciser ce dernier État.

Bamako accuse le G5 Sahel de « perte d’autonomie » et d’être victime d’une « instrumentalisation » et d’un « dysfonctionnement grave » de ses organes.

A rappeler que les relations entre le Mali et les pays européens, à commencer par la France, se sont largement dégradées ces derniers mois.

L’organisation régionale a été formée avec le Mali, la Mauritanie, le Tchad, le Burkina et le Niger.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »