Accueil / A la Une / Mali : décès de trois Casques bleus de la MINUSMA dans la région de Kidal

Mali : décès de trois Casques bleus de la MINUSMA dans la région de Kidal

Partagez ceci :

Trois soldats des Nations unies ont été tués et trois autres blessés par une bombe placée en bordure de route dans le nord du Mali lundi 17 octobre, a indiqué la mission de maintien de la paix de l’ONU. Ces militaires participaient à une opération de déminage dans la région de Kidal.

Ils sont morts après que « leur véhicule a heurté un engin explosif improvisé lors d’une patrouille de recherche et de détection de mines à Tessalit, région de Kidal », a indiqué la MINUSMA dans un communiqué.

« Les engins explosifs improvisés sont l’une des menaces les plus graves auxquelles sont confrontés nos collègues », a écrit sur Twitter le chef de la MINUSMA, El-Ghassim Wane, louant « le courage et le sens du devoir »des victimes.

Les casques bleus faisaient partie du contingent tchadien de la MINUSMA, a déclaré un responsable du camp de la mission à Kidal sous couvert d’anonymat.

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies  pour la stabilisation au Mali ( MINUSMA) , a été lancée en 2013 pour aider l’un des pays les plus pauvres du monde à faire face à une campagne djihadiste sanglante.

Il s’agit de l’une des plus grandes opérations de maintien de la paix de l’ONU, avec 17 612 soldats, policiers, civils et volontaires déployés en mai, selon le site Internet de la mission.

Au total, 180 de ses membres ont été tués dans des actes d’hostilité, l’un des bilans les plus élevés de l’histoire des opérations « casques bleus ».

Des engins explosifs improvisés (EEI) ont causé la mort de 75 soldats de la paix, a indiqué la mission.

Le Mali est aux prises avec une insurrection djihadiste qui a commencé dans le nord du pays en 2012, puis s’est propagée au centre du pays et au Niger et au Burkina voisins.

Dans les trois pays, des milliers de civils, de policiers et de soldats sont morts et quelque deux millions de personnes ont fui leur foyer.

Les mines et les engins piégés font partie des armes de prédilection des djihadistes. Ils peuvent exploser à l’impact ou être déclenchés à distance.

Un rapport de la MINUSMA a révélé que les mines et les engins piégés avaient causé 72 morts en 2022 au 31 août. La plupart des victimes étaient des soldats, mais plus d’un quart étaient des civils, a-t-il indiqué.

L’année dernière, 103 personnes ont été tuées et 297 blessées par des engins piégés et des mines.

L’armée malienne a pris le pouvoir en août 2020. Le colonel dirigeant Assimi Goita a déclaré qu’il prévoyait de rester au pouvoir jusqu’en 2024, puis de passer le relais au régime civil.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »