Home / A la Une / G5 Sahel : quand la convocation de Macron passe mal au Niger

G5 Sahel : quand la convocation de Macron passe mal au Niger

Partagez ceci :

L’affaire fait grand bruit depuis plusieurs jours sur le continent notamment au sein des gouvernements des pays membres du G5 Sahel. Face à la contestation populaire contre la présence des forces armées étrangères au Sahel, et particulièrement celle de la force Barkhane, Emmanuel Macron exige des chefs d’Etats du G5 Sahel, une clarification de leur soutien à la présence militaire française sur leur territoire. Le président français a donc convoqué ces derniers pour le 16 décembre à Pau. Une position très mal accueillie par des Nigériens.

Pour les Nigériens, cette invitation est une sorte de mépris envers les chefs d’Etats africains.

Si dans l’immédiat, le gouvernement du Niger n’a livré aucune réaction officielle suite aux propos du président français, le Front de l’opposition indépendante maintient pour sa part ses premières déclarations : « les forces militaires étrangères doivent quitter le Niger ».

« Si Emmanuel Macron convoque les chefs d’Etat pour leur dire : venez clarifier vos positions, alors que c’est avec eux que tout cela a été organisé, et que ceux-ci acceptent, alors cela signifie qu’il ne souhaite pas qu’ils refusent »analyse Moussa Tchangari qui préside l’association Alternative espaces citoyensune organisation de la société civile du Niger.

Mais pour Issa Garba, porte-parole de l’ONG Tournons la page, cette rencontre pourrait être l’occasion pour les chefs d’Etat africains d’affirmer la souveraineté de leur pays. 

« Le président Mahamadou Issoufou ne devrait même pas envoyer Abba (son directeur de cabinet et par ailleurs son fils, ndlr) à cette réunion. Ma conviction est que Issoufou ne devrait même pas y aller. Il n’a pas de compte à rendre à Macron. Quand Sarkozy (ancien président français) avait des problèmes au Niger, il s’était déplacé. C’est lui (le président Macron) qui a des intérêts au Niger. Mais nous, quels intérêts avons-nous en France ? On n’a rien, on n’a aucune société nigérienne qui y opère. Ce sont eux qui ont des sociétés ici », s’emporte Issa Garba qui souhaiterait plutôt voir Emmanuel Macron venir rencontrer ses homologues africains « en Afrique »

La présence militaire française a considérablement évolué depuis les indépendances. Et les opinions publiques africaines sont de plus en plus critiques sur les accords de défense passés avec la France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »