Umalis Group
Home / A la Une / Face à l’islam radical, la France doit cesser d’être naïve!

Face à l’islam radical, la France doit cesser d’être naïve!

Partagez ceci :

Une fois encore, la France a été touchée par un acte terroriste. Nice, qui avait été frappée il y a quatre ans le jour même de la célébration du 14 juillet, vient de connaître une nouvelle attaque sanglante qui a fait trois morts.

C’est le quatrième attentat en France depuis le début de l’année. Dans la ville de Nice, un individu a tué trois personnes au couteau. De quoi susciter une vague d’indignations et de réactions à travers la France et dans des pays musulmans dont la Turquie et l’Arabie Saoudite qui condamnent cet attentat.

Ce vendredi, un conseil de défense se réunit pour activer le plan Vigipirate. En moins de trois semaines, la France a été frappée deux fois, la première fois à Conflans avec la décapitation d’un enseignant, Samule Paty. Cette recrudescence d’attaques fait suite à la publication de nouvelles caricatures du journal satirique Charlie Hebdo qui a fait du “rire du sacré” son chou gras depuis les attentats de janvier 2015.

Le profil de l’assaillant de Nice est interpellatif. Il s’agit, selon le procureur antiterroriste Jean-François Ricard, d’un jeune homme âgé de 21 ans, d’origine tunisienne, arrivé en France le 9 octobre dernier, en provenance de l’île italienne de Lampedusa. Un terroriste totalement inconnu donc des services de police et de renseignements français.

Cela pose le problème de l’efficacité des mesures que le gouvernement français doit mettre en oeuvre pour lutter contre le phénomène de l’islam radical. Alors que la classe politique est divisée sur la question de la déchéance de la nationalité et de l’expulsion des jihadistes, l’attaque de Nice donne la preuve, s’il en était une, que le mal doit être traité à tous les niveaux, en amont comme en aval.

Depuis la proclamation de la naissance de l’Etat islamique par Abu-Bakr al-Bagdadi en juin 2015, on assiste à une nouvelle forme de terrorisme islamiste. Désormais, ce ne sont plus des attaques classiques planifiées et coordonnées par la hiérarchie comme ce fut le cas avec Al-Qaida. Avec Daesh, tous les moyens sont bons pour frapper les “mécréants”. Couteaux, camions, marteaux, haches, tout est “bon” pour attaquer “l’ennemi”. Peu importe l’endroit.

Au lieu d’attendre d’être frappée avant de se demander si elle doit oui ou non expulser les auteurs d’attentats terroristes, la France gagnerait à agir en amont. Les portes de l’Europe ne sauraient indéfiniment être des passoires pour accueillir toutes les misères du monde. La construction européenne doit donc être repensée.

In fine, les larmes de crocodile de la Turquie et de l’Arabie Saoudite ne doivent pas rendre la France si naïve au point de croire que le diable pourrait se repentir pour devenir le doux Jésus! L’idéologie islamiste reste la même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »