Accueil / A la Une / Pap Ndiaye: voici les obstacles qui attendent le nouveau ministre de l’Éducation nationale française

Pap Ndiaye: voici les obstacles qui attendent le nouveau ministre de l’Éducation nationale française

Partagez ceci :

Nommé ministre de l’Éducation nationale et de la jeunesse en France, en remplacement de Jean-Michel Blanquer, Pap Ndiaye devra affronter plusieurs obstacles pour espérer imposer silence à ses détracteurs.

La nomination de Pap N’diaye au ministère de l’Éducation nationale en France alimente les débats des plateaux de télévision et de radio depuis le 20 mai, car considéré par une partie de la classe politique française comme un « wokiste » et un « islam-gauchiste ».

En effet, la thèse principale de ce célèbre historien français d’origine sénégalaise est la critique de l’éducation nationale française que certains milieux accusent d’avoir fait pendant des décennies «un lavage systématique du cerveau des immigrés africains et maghrébins, au point d’en faire des sujets totalement aliénés».

Pap Ndiaye apparaît donc comme le profil idéal pour opérer des réformes qui prennent en compte la présence des immigrés en tant qu’une entité nationale ainsi que le souhaite la macronie. Seulement voila! Le successeur de Jean-Michel Blanquer devra faire face à plusieurs obstacles.

Un chemin parsemé d’embûches

D’abord, Pap Ndiaye trouvera sur son chemin des Tanguy David. Ces Africains qui préfèrent être dans le rôle d’« esclaves de service» que d’être des esclaves libérés. Vivant dans l’illusion d’être plus français que les « vrais » Français, ils se croient plus royalistes que le roi.

Le deuxième obstacle viendra – et c’est déjà le cas – d’une certaine classe politique française. Au nom des « valeurs de la République », Pap Ndiaye sera combattu. Certains progressistes pensent que c’est au nom de ces valeurs que les immigrés sont traités comme des « tables rases » sur lesquelles il suffit d’imprimer une culture dominante monolithique, pour en faire de « vrais Français ».

Enfin, le tout nouveau ministre en charge de l’Éducation nationale française aura fort à faire avec la résistance du système de l’enseignement lui-même. Une bonne mixture de la peur du « Grand remplacement » et du changement, la léthargie et la «reproduction» (Pierre Bourdieu) des classes sociales, mais surtout des « races » ne devra pas faciliter la tâche à Pap Ndiaye.

Une peur légitime?

Mais, dans cette France là, n’y a-t-il pas objectivement des éléments, comme la décapitation de Samuel Paty par exemple, l’émergence du mouvement woke entre autres, qui légitiment la peur des réfractaires au changement? «Je partage la cause des militants woke, la lutte pour la protection de l’environnement, le féminisme ou l’antiracisme», avait confié Pap Ndiaye en juin 2021 à M, le Magazine du Monde.

Le nouveau locataire de la rue de Grenelle a commencé son premier discours de ministre en rendant hommage à «un collègue historien, Samuel Paty», enseignant assassiné par un terroriste islamiste et devenu symbole de la laïcité à l’école. Suffisant pour rassurer ses détracteurs?




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »