Accueil / Non classé / Kenya : la première mesure économique de William Ruto passe mal

Kenya : la première mesure économique de William Ruto passe mal

Partagez ceci :

Au Kenya, depuis jeudi 16 septembre, les prix à la pompe ont augmenté de 12% le litre d’essence. Et pour cause, à peine élu, le président kenyan William Ruto a décrété une baisse drastique des subventions sur le carburant.

Pour ce dernier, elles sont trop « coûteuses et inefficaces », au motif que depuis sa mise en place en 2021, elle a coûté plus d’un milliards d’euros aux caisses de l’État kenyan, soit l’équivalent de 86% des recettes touristiques du pays cette année.

Et pourtant, faut-il le souligner, le nouveau dirigeant a fait de la hausse du pouvoir d’achat, l’un de ses principaux axes de campagne.

Dans le pays, la mesure fait grincer des dents. Des kényans avouent être déçus par la décision de William Ruto, pour qui ils ont voté, à la dernière présidentielle.

Voici quelques réactions, recueillies par RFI:

« On ne gagne plus rien. Je consomme environ trente litres d’essence par jour. Ça me coûte dix euros de plus au quotidien, donc je suis mécontent. Pourquoi il (le nouveau président, NDLR) s’est précipité ? il aurait pu attendre un peu, un mois, le temps d’évaluer la situation. », Edgar Choki.

« Je suis déçu. Car tout va augmenter. Le chou, le maïs.. Tout ! A cause du coût du transport. Et il avait promis de baisser les prix. », Patrick Akoi.

A noter que William Ruto s’est donné 100 jours pour transformer l’économie kenyane et faire baisser le coût de la vie, alors que l’inflation a atteint 8,5% en août, son plus haut niveau depuis 5 ans.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »