Home / Artiste / Les clashs, ce « business » lucratif des artistes en Côte d’Ivoire

Les clashs, ce « business » lucratif des artistes en Côte d’Ivoire

Partagez ceci :

Le showbiz ivoirien a toujours été fortement mouvementé en clashs, rebonds et autres. Le coupé décalé est sans doute le courant musical où cette pratique est plus constatée.

De son vivant, l’on surnommait Dj Arafat « l’As des clashs ». Presque tous les artistes du coupé-décalé ont eu a rentrer dans le collimateur du Daishi dont le plus régulier était sans doute Debordo Leekunfa.

Amis un jour, pires ennemis le jour d’après, la « guéguerre » entre ces deux artistes a alimenté les conversations.

Mais, selon Debordo Leekunfa, tel que rapporté par Abidjanshow, entre Arafat et lui, il n’y a jamais eu de guerre. A l’en croire, c’était juste une stratégie marketing adoptée à dessein afin de booster leurs carrières respectives.

« Ça a été notre gagne-pain, nous avons monté notre système de toutes pièces. C’est toute une politique », a-t-il fait savoir. Une politique qui a contribuer à renflouer les poches de certains mais aurait aussi fragilisé l’élan du coupé-décalé.

Depuis plusieurs années, le mouvement a été beaucoup marqué par les insultes, les déclarations interposées et les frasques de certains chanteurs.

Il a fallu l’intervention de plusieurs acteurs pour rappeler les artistes à plus de sagesses et sans doute aussi la perte du roi du coupé décalé le 12 août dernier.

Traduction »