Home / A la Une / Mozambique: “Il faut agir vite, avant qu’il soit trop tard”, Ricardo Marques

Mozambique: “Il faut agir vite, avant qu’il soit trop tard”, Ricardo Marques

Partagez ceci :

Au nord du Mozambique, le nombre de déplacés pourrait atteindre le million d’ici le mois de juin, selon l’Agence des Nations unies pour les réfugiés. Et si rien n’est fait de toute urgence, la situation pourrait empirer.

La dernière attaque perpétrée à Palma a contraint 11 000 personnes à fuir tandis que des milliers d’autres seraient encore bloquées dans cette zone, témoigne le missionnaire Ricardo Marques.

Pour l’homme de Dieu, “l’ennemi sans visage” plonge le Mozambique dans une situation dramatique avec des “familles brisées”.

La majorité se réfugie dans la brousse, fuyant une mort certaine, et il y a des gens qui ne savent pas où sont leurs proches, s’ils sont encore vivants ou morts”, raconte-t-il dans des propos relayés par Info Chrétienne.

Le missionnaire, qui raconte également le déplacement des civils, principalement des femmes et des enfants au lendemain de l’attaque, plaide pour des actions urgentes afin d’éviter le pire dans cette région du pays.

Nous ne connaissons pas les raisons de ce qui se passe. Avec l’escalade de la violence, de vieilles rancunes sont ravivées. Nous ne pouvons pas laisser ce qui se passe dans cette partie du monde tomber dans l’oubli. Il est urgent d’agir, avant qu’il ne soit trop tard. J’en appelle donc à toutes les autorités et aux personnes de bonne volonté, afin qu’une solution qui mette fin à cette guerre dévastatrice soit rapidement trouvée”, plaide le missionnaire Ricardo Marques.

A en croire la société de conseil Pangea-Rik, une nouvelle attaque terroriste serait imminente dans le nord du Mozambique, où les attaques en tous genres et qui visent essentiellement la communauté chrétienne ont cours ces quatre dernières années.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »