Accueil / Pays / Afrique de l’Ouest / Nigeria: Le Mea-culpa de la première dame au peuple
Aisha Muhammadu Buhari

Nigeria: Le Mea-culpa de la première dame au peuple

Partagez ceci :

Au Nigeria, la première dame, Aisha Buhari, a présenté vendredi ses excuses au peuple nigérian pour les insuffisances de son mari, le président de Muhammadu Buhari depuis sa prise de fonction en 2015. Ses excuses interviennent à quelques 5 mois des prochaines échéances présidentielles dans le pays.

Sans doute que se sont des aveux purement stratégiques. A 5 mois de l’élection présidentielle à grand enjeu au Nigeria, Aisha Buhari s’est exprimé sur les performances de son mari vendredi 20 octobre. Selon la Première Dame, les nigérians avaient de grandes attentes dès l’arrivée au pouvoir de son mari et que ce dernier et son parti « All Progressives Congress » n’ont pas pu combler. Une situation qu’elle regrette.

 « Les attentes à notre égard étaient trop élevées. La population attendait beaucoup de nous, et peut-être qu’après sept ans, nous n’avons pas répondu à leurs attentes. Seul Dieu sait ce qui se passe dans l’esprit de quelqu’un. En tant qu’être humain, vous ne pouvez pas dire que vous avez raison ou que nous avons fait ce que nous devions faire. » a d’abord déclaré Aisha Buhari.

« Le gouvernement a vraiment fait de son mieux. L’administration a fait de son mieux, mais ce n’est peut-être pas encore le cas pour les autres. Seul Dieu le sait, donc nous devons nous excuser auprès d’eux, auprès des Nigérians ; si nous avons répondu à leurs attentes ou pas. » a poursuivi l’épouse du président.

La femme de Muhammadu Buhari a précisé également qu’elle n’est pas directement liée à la gestion du pays mais qu’elle essaie d’apporter son appui au gouvernement dans des domaines assez précis. « Je ne suis pas dans le gouvernement. Mon rôle est de les soutenir dans le domaine de la santé ou de l’éducation. Je ne rentre pas dans les détails de ce qu’ils font. »

Au-delà des insuffisances de la gouvernance du président Buhari qu’elle évoque sans langue de bois, Dame Aisha reste néanmoins confiante par rapport à une victoire de son mari à la prochaine élection présidentielle en 2023. «Bien sûr, nous allons continuer. Bien sûr, l’APC va gagner par la grâce de Dieu. »




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »