Home / A la Une / Suspension de Twitter au Nigéria : des ONG portent plainte contre Buhari devant la Cedeao

Suspension de Twitter au Nigéria : des ONG portent plainte contre Buhari devant la Cedeao

Partagez ceci :

La décision du président nigérian Muhammadu Buhari, de suspendre indéfiniment Twitter dans son pays, au motif que le réseau social avait supprimé un tweet de son compte personnel, continue de faire grincer les dents. Mardi dernier, des ONG opérant dans le pays ont déposé une plainte contre le président Muhammadu Buhari devant la Cour de la CEDEAO (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest).

Femi Falana, l’un des défenseurs des droits humains les plus éminents du Nigeria, a déclaré dans un communiqué de presse que de nombreuses ONG opérant dans le pays et 176 citoyens ont déposé une plainte contre Buhari devant le tribunal susmentionné, en raison de la suspension de Twitter.

Fana a ajouté dans une interview accordée aux médias locaux que cette interdiction « porte atteinte au droit des Nigérians à la liberté d’expression et à l’accès à l’information, y compris en ligne ».

Vendredi dernier, le gouvernement nigérian a annoncé la suspension jusqu’à nouvel ordre de la plateforme, après la suppression par Twitter d’un tweet du président Buhari.

Mercredi dernier, Twitter a effacé un tweet du président nigérian, le qualifiant d' »offensant », après que le président ait menacé des militants séparatistes présumés dans le sud-est du pays.

Le Président avait rappelé dans son tweet que plus d’un million de personnes sont mortes pendant la guerre civile de 1967-1970 qui a éclaté lorsque les séparatistes ont demandé l’indépendance du Biafra au Nigeria, guerre pendant laquelle Buhari a combattu les séparatistes.

« Nous, qui avons combattu pendant 30 mois contre eux sur le terrain, emploierons le langage qu’ils comprennent », avait-il partagé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »