Accueil / Africa top success / Ouganda: le gouvernement suspend l’association pour les droits des minorités LGBT

Ouganda: le gouvernement suspend l’association pour les droits des minorités LGBT

Partagez ceci :

Le gouvernement ougandais a décidé de suspendre « avec effet immédiat » l’association Sexual minorities Uganda (Smug), principale organisation de défense des droits des personnes LGBT (lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres).

L’annonce a été faite vendredi dernier par l’Office national des organisations non gouvernementales qui appartient au ministère de l’Intérieur. Le directeur de Smug, Frank Mugisha, a déclaré: «Il s’agit d’une chasse aux sorcières enracinée dans l’homophobie systématique et alimentée par des mouvements anti-gays. Le gouvernement traite les minorités sexuelles et de genre comme des citoyens de seconde classe. »

La législation ougandaise réprime les relations homosexuelles, bien qu’il n’y ait eu aucune poursuite pour actes homosexuels ces dernières années. Pourtant, le harcèlement et l’intimidation des LGBT sont à l’ordre du jour : un climat empoisonné auquel contribuent les Églises évangéliques qui se sont largement répandues et qui utilisent des tons véhéments à l’égard des mouvements LGBT.

En Ouganda, en vertu d’une loi datant de la colonisation britannique, les relations homosexuelles sont passibles de la prison à vie. De plus, en décembre 2013, une loi a été adoptée qui réprime spécifiquement la « promotion de l’homosexualité » et rend obligatoire le signalement des homosexuels. 

Une loi qui avait suscité l’indignation internationale et que la Cour constitutionnelle a annulée en août 2014 pour vice de forme.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »