Accueil / Affaires / FRANCE : pédophilie dans l’Eglise catholique et abus de la (des ?) Fonction Publique, le viol des consciences en questions

FRANCE : pédophilie dans l’Eglise catholique et abus de la (des ?) Fonction Publique, le viol des consciences en questions

Partagez ceci :

Depuis plus de 30 ans, la vie de l’Eglise catholique, de l’Europe aux Amériques est ponctuée par des scandales de pédophilie, de viols d’enfants par des membres du clergés, prêtres, évêques et cardinaux… »Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise », selon la citation du Christ. Une Eglise étatisée, fonctionnarisée, a été peu à peu infiltrée par des réseaux qui ont su tirer profit de son organisation pour exploiter des dizaines de milliers d’enfants de par le monde. Un théologien allemand, Eugène Drewerman, avait écrit un livre « Fonctionnaire de Dieu », pour critiquer cette hiérarchie écclésiastique fonctionnarisée. Comment en sommes-nous arrivés là ? Et n’y a-t-il pas là la manifestation de la nature même de toute organisation administrative puissante, sans contre-pouvoir et gérée par une élite soudée par un « esprit de corps » ? ESSAI.

La fonction publique à la française, le modèle européen de l’administration au service du Bien ?

La France, dirigée depuis plus de 5 ans par des énarques, est devenue le modèle, la matrice de l’Union Européenne. Des Inspecteurs des Finances, issus de la botte de l’ENA, l’Ecole Nationale d’Administration. Cette haute fonction  administre le pays comme le clergé administre la Cité de Dieu. L’Esprit Saint de la trinitologie catholique, est l’esprit de l’Intérêt Général. Le fonctionnaire, dont les principes sont codifiés dans le Statut de la Fonction Publique ( de 1945 puis ses mises à jour), est en vérité un prêtre de l’intérêt Général, et les préfets des Evèques.

Alexis KOHLER, Inspecteur des Finances, vicaire de l’intérêt Général,

Secrétaire Général de l’Elysée, Mazarin contemporain, manifestement pas inquiet …

 

La crise de l’Eglise catholique, et la crise latente du modèle français de Fonction Publique ?

Dans le cas de l’Eglise, comme dans le cas de la Fonction Publique française, de l’Etat, il existe un modèle de hiérarchie organisé selon un système pyramidal, et dont la légitimité, puis la légalité, repose une certaine idée du Bien. Au service du Bien, le fonctionnaire ou le prêtre ne peut se tromper, la cause qu’il sert est juste. Les individus, simples paroissiens ou contribuables ( ou citoyens administrés ?), lui doivent le respect et l’obéissance. Il est investi d’une « mission de service publique », et cela lui vaut de jouir de « prérogatives de puissance publique ».

Pédophilie et viols des consciences, et, toujours, la chape de plomb de l’omerta !

Le Pape François a été très secoué lors de son voyage récent au Chili, par les scandales massifs, institutionnalisés de pédophilie nternes à l’Eglise, comme en Pennsylvanie, et en Irlande. Selon Benoït RATZINGER, alors Pape Benoît XVI, la « barque prend l’eau de toute part ».

Le viol, des consciences ou des corps,  conséquence logique d’un pouvoir absolu au service du Bien ?

Reagan, dans un discours célèbre, affirmait que « les Etats Unis étaient une Nation dotée d’un Gouvernement, et non l’inverse ! ». Et n’est-ce pas ce que la France est devenue ? Une Nation au service de son Etat. Une nation endettée à 97% de la richesse produite en une année par une élite administrative au service du Bien. c’est ainsi que s’est établie  une collusion sans faille entre une oligarchie financière, des Dassault, Bolloré, Bouygues , Drahi (SFR, BFM), disposant des instruments propres à façonner et canaliser l’Opinion Publique dans le sens de leurs intérêts. Et, comme dans le cas de Alexis KOHLER, et de combien d’autres, parcours impressionnants de carrières entre les cabinets ministériels et les états majors des groupe du CAC40.

L’affaire BENALLA, une affaire qui n’en est pas une, mais une anecdote qui révèle la structure  ?

Les militants d’EN MARCHE ont raison d’affirmer que l’affaire BENALLA, finalement, c’est une tempête dans une verre d’eau. Le problème, en réalité, est ailleurs. Le vrai problème, c’est l’excès de coolitude, la nonchalance des élites qui se sentent tellement investies de l’Intérêt Général, tellement conscients de servir le Bien, qu’ils ne distinguent même plus les frontières entre leurs vies personnelles, leurs intérêts personnels, ceux de leur grand Corps ( l’Inspection des Finances est un Grand Corps de l’ETAT, comme celui des Conseillers d’Etat auquel apparient Edouard Philippe, le Premier Ministre).

Les bâtiments de l’Ecole Nationale d’Administration, une géométrie de nature religieuse, épurée, faussement modeste

STRASBOURG: L’ECOLE NATIONALE D’ADMINISTRA
TION (ENA)
« KESSLER VINCENT PHOTOGRAPHE »
ADMINISTRATION FRANCE « IMAGE NUMERISEE »
STRASBOURG ILLUSTRATION E.N.A. ECOLE
ENSEIGNEMENT EXTERIEUR LOCAUX

Dans la mesure où aucune prise de conscience n’est à l’horizon, gageons que des affaires comme celles qui affectent en ce moment la présidence de l’Inspecteur des Finances Emmanuel MACRON, n’en sont qu’à leurs préambules. Les libertés individuels sont étouffées, les consciences éduquées par des grands médias aux ordres de multinationales gavées aux commandes publiques, et la vie privée des citoyens  vidée de tout contenu grâce au technologies Big Data et sous prétexte de lutte contre le/les terrorismes, ou de lutte contre la fraude fiscale.  La version étatique du péché contre l’esprit de l’Intérêt Général n’est autre que la « fraude fiscale », du moins celle du citoyen moyen… »Selon que vous soyez puissant ou misérable..et cætera, et cætera… »

Alexis KOHLER, Inspecteur des Finances, et Alexandre BENALLA. 

Toujours la même histoire…Le silence, le pouvoir, le flou des frontières public /privé

Paul KANATE, à Lomé au TOGO

 

 




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »