RDC: quand Tshisekedi reverse le reliquat de ses frais de voyages au Trésor public

Partagez ceci :

A l’instar de son homologue angolais Jao Lourenço, le nouvel homme fort de la RD Congo fait de la lutte anti-corruption son lietmotiv. Tout juste après ses premières visites officielles, hors du pays depuis son ascension au pouvoir, soit en Angola, au Kenya et au Congo-Brazzaville, puis au sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba, le président Felix Tshisekedi a ouvert les marches de la lutte contre la corruption.

La présidence de la République a procédé, le 19 février dernier à un “reversement de frais de représentation”, comme l’indique un bordereau de la Banque centrale du Congo (BCC).

Au total 163.300 dollars ont été retournés au Trésor public, représentant les reliquats des frais de mission et de représentation pour la première tournée du nouveau président.

Considéré souvent comme une prime supplémentaire et compléments aux maigres salaires des fonctionnaires, les excédents perçus ne sont jamais reversés depuis l’ère du président Mobutu, rapporte un membre du personnel de la banque centrale.

Un geste fort donc posé par le nouveau président pour établir les bases de la lutte contre la corruption dans le pays.

Dans son discours d’investiture le 24 janvier, M. Tshisekedi, avait qualifié la corruption de “fléau qui dévaste notre pays, ses institutions” et promis “une stratégie de lutte contre la corruption dans l’ensemble des rouages de l’administration publique”.

La tâche s’annonce bien rude.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *