Tunisie: Epilert, la solution pour soulager les enfants épileptiques

Epilert est une solution qui vient en aide aux enfants malades d’épilepsie. Une réponse que vient proposer Firas Rhaiem, le fondateur de la startup. Car un constat amer a été fait, cas de crise, les parents ne pouvaient jamais vraiment savoir quel était le degré de gravité de cette dernière. Désormais cette préoccupation trouve une issue favorable.

La plateforme propose un dispositif qui prend la forme d’un bracelet connecté. Celui-ci détecte les crises à partir de l’activité électrique du corps, une activité qui est traduite en niveau de stress. Un dispositif qui pourrait être utile en Tunisie mais dans le monde entier où l’on dénombre plus de 65 millions de personnes souffrant d’épilepsie.

L’idée est venue d’une situation inconfortable qu’a vécu le fondateur Firas Rhaiem.

“Ma soeur est elle-même épileptique, c’est pourquoi j’ai décidé de créer une solution qui pourrait aider et soulager ma mère qui s’occupe d’elle » confie-t-il.

Dans ses différentes interventions, la sécurité des enfants atteints d’Epilepsie reste une priorité pour Epilert. En sauvegardant les données dans le cloud, la plateforme permet de toujours de les avoir sous la main tout en respectant la régulation RGPD. Des données qui pourront être transmises aux professionnels de santé et utilisées pour une meilleure prise en charge du patient

« Les données d’Epilert permettront aux médecins de mieux comprendre la raison des crises. D’où vient l’augmentation du niveau électrique ? Est-ce l’activité physique ? Les émotions ? Une analyse plus précise permettra d’adapter les traitements aux besoins des patients »

Lancée en 2017, la startup a réalisé plus de 30 tests en clinique. Elle a déjà levé 50.000 euros pour ses premières mises au point et aurait besoin de 2 millions afin de continuer sur sa lancée. Epilert est une solution dont la popularité est croissante. Patients et médecins n’hésitent plus à la recommander et elle répond aux besoins des familles comme des professionnels qui les accompagnent.

D’ici les cinq prochaines années, la startup compte aller plus loin en termes d’avancée technologique. La rapidité sera beaucoup développée, et les méthodes de commande à travers des applications connexes seront également établies.

“Je vois Epilert comme un élément clé dans la recherche de données en rapport avec l’épilepsie qui pourrait aider d’autres maladies associées, comme par exemple Parkinson” ,rêve Firas Rhaiem

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *