Umalis Group
Home / A la Une / « Venez récupérer vos sans-papiers!» : les propos chocs de Thierry Mariani

« Venez récupérer vos sans-papiers!» : les propos chocs de Thierry Mariani

Partagez ceci :

La commission européenne a présenté son Pacte sur la migration et l’asile mercredi 23 septembre. Ce texte vise, selon ses porteurs, à réformer la politique migratoire européenne. Réagissant sur le sujet, l’eurodéputé du Rassemblement national (RN) Thierry Mariani a simplement mis les pieds dans le plat.

Que prévoit le Pacte ?

Présenté mercredi, soit une semaine après le discours de la présidente de la Commission de l’UE, Ursula von der Leyen, le Pacte sur la migration et l’asile ambitionne de rendre les Etats membres plus solidaires les uns des autres pour éviter la concentration des populations immigrées dans certains d’entre eux. Le texte entend également renforcer la lutte contre l’immigration illégale et accélérer la reconduction des personnes en situation irrégulière. Il propose enfin la décriminalisation des sauvetages en mer, jusqu’ici considérés comme une caution aux entrées irrégulières.

La réaction indigne de Thierry Mariani

Pour Thierry Mariani, « le vrai travail, ça devrait être de les (les migrants, NDLR) renvoyer à leur point de départ, et pas de les raccompagner à leur point en sécurité ou de les amener en Grèce ». L’eurodéputé RN connu pour sa proximité avec la Russie va plus loin en stratifiant les migrants. Pour lui, 40% d’entre eux proviennent du Maghreb et doivent simplement et purement être renvoyés ‘chez eux’.

« Les migrants arrivant depuis le 1er janvier en Europe proviennent majoritairement de Tunisie, d’Algérie et du Maroc, des pays qui ne sont pas en guerre et que l’Union européenne aide », a commenté Thierry Mariani dans une interview accordée à RT France. Avant de commettre ce qu’il convient d’appeler la grande bourde : « On doit leur dire : on vous aide, donc vous devez récupérer vos sans-papiers ! »

« Un système qui n’en est pas un »

Le Pacte européen sur la migration et l’asile a été présenté quelques seulement jours après l’incendie du plus grand camp de réfugiés d’Europe, situé à Moria, sur l’île grecque de Lesbos. Le vice-président de la Commission de l’Union européenne en charge des migrations, Margaritis Schinas, a estimé que ce drame a remis en lumière l’échec « d’un système qui n’en est pas un ». Le nouveau Pacte migratoire propose donc de remédier aux manquements et de répondre à quatre enjeux principaux, à savoir l’harmonisation et la rationalisation  de la politique migratoire européenne, la garantie de la solidarité entre les Etats membres de l’Union, le renforcement des frontières extérieures et la protection des migrants.

De la protection des migrants

Afin de protéger les migrants, le nouveau Pacte présenté par la Commission de l’UE prévoit notamment le renforcement ou la création de plusieurs programmes de soutien à l’immigration légale depuis les pays tiers. Aussi, pour prévenir les refoulements abusifs aux frontières, il est prévu la mise n place d’un nouveau mécanisme de surveillance qui sera piloté par l’Agence européenne des droits fondamentaux. Les sauvetages en mer ne seront plus considérés comme une caution à l’entrée illégale en Europe et donc seront décriminalisés.

Avec le nouveau Pacte, les délais de traitement des demandes et des droits accordés aux demandeurs d’asile devraient être plus courts. Désormais, six mois après avoir déposé sa requête, un demandeur d’asile pourra travailler. Quant aux enfants, ils pourront s’inscrire à l’école deux mois après le dépôt de leur demande. Un plan d’action quinquennal pour l’intégration et l’inclusion (2021-2024) se trouve également en bonne position dans le document présenté par l’UE.

La France salue une « réforme nécessaire et urgente ». «  Notre politique commune en matière d’immigration doit être revue en profondeur pour tirer les enseignements de la situation que connaît l’Europe depuis la crise de 2015 », a réagi le ministère français de l’Intérieur, à travers un communiqué.

Dialoguer avec les pays d’origine et de transit

En déclarant que les migrants doivent renvoyés à leur point de départ parce que la Tunisie, le Maroc et l’Algérie « ne sont pas en guerre » et sont déjà aidées par l’Union européenne, Thierry Mariani semble ignorer les causes profondes de ces départs massifs vers l’Europe. L’instabilité politique, les injustices sociales, le poids de la religion, les pesanteurs sociales etc. expliquent éloquemment le désir voire l’urgence pour un Maghrébin de tenter l’aventure européenne.

Plus généralement, les guerres, la famine, les aléas climatiques, l’instabilité politique dans les pays de départ sont les principales causes des flux migratoires qui s’abattent sur l’Europe. Au lieu qu’elle leur dise, comme le suggère Thierry Mariani, « venez récupérer vos sans-papiers ! », l’Union européenne doit plutôt mener un dialogue plus exigeant avec les pays d’origine et de transit en matière d’immigration. « La stratégie européenne de coopération doit intégrer pleinement cet enjeu, en aidant à renforcer la stabilité politique et économique de ces pays partenaires et à lutter contre les réseaux criminels qui tirent profit de la détresse de certaines populations », suggère le communiqué de l’Hôtel de Beauvau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »