Home / Affaires / William Elong: la bonne nouvelle pour le succès de ses drones

William Elong: la bonne nouvelle pour le succès de ses drones

Partagez ceci :

Une nouvelle étape vient d’être franchie pour William Elong. Le promoteur de la start-up camerounaise « Will & Brothers » qui a lancé le tout premier service de drone civil dans le pays, pourra désormais répondre à la forte demande.

Le jeune entrepreneur camerounais révèle avoir réussi le closing de son opération de levée de fonds à 2 millions d’euros, soit un peu plus de 1,3 milliard de francs Cfa. L’opération a démarrée en début 2018 et près d’un an après, la voilà déjà aboutie. Un vrai coup de pouce pour le jeune Elong qui a récemment lancé Algo Drone, une holding basée en Allemagne.

Le génie camerounais, qui souffle sur sa 26 ème bougie ce 15 janvier 2019, passe désormais à une nouvelle étape. Car ces financements mobilisés auprès des investisseurs, permettront à Algo Drone de développer le volet recherche et développement. Après cette étape il s’agira justement de lancer la conquête du marché international avec les drones «made in Cameroon» et «Cyclop», son offre d’intelligence artificielle.

«La première levée de fonds (environ 124 millions FCfa, Ndlr) nous a permis d’acquérir de l’expertise, la seconde nous permet de grandir (…) Les contributeurs sont étrangers. Je suis content d’avoir un board international, qui m’apporte plus de 30 ans d’expériences d’un coup. Ceci dit, je trouve un peu dommage d’être le seul africain à la barre», indique le jeune entrepreneur camerounais.

 Depuis la présentation officielle des premiers drones fabriqués au Cameroun, le 2 février 2018, la start-up camerounaise Will & Brothers a reçu de nombreuses commandes en provenance d’Afrique centrale et de l’Ouest.

«Nous avons reçu commande d’une centaine de drones. Mais, nous n’avions pas la capacité de production suffisante pour adresser la demande. Nous avons fait les ajustements nécessaires sur le dernier semestre de l’année 2018, lesquels ajustements ont porté leurs fruits au cours du dernier trimestre. En effet, entre octobre et décembre 2018, nous avons enregistré plus de commandes qu’en 2 ans. Il fallait juste accepter de céder une partie de la chaine de production à des partenaires techniques, notamment sur la partie matérielle, tout en gardant en interne la propriété intellectuelle et la partie logicielle du drone», confie-t-il.

Toute cette demande pourra être satisfaite grâce à la collecte de fonds. Et les bénéfices issus de ces livraisons permettront d’explorer d’autre pistes et rivaliser avec les plus grands du monde dans le domaine.

Check Also

Le Bénin et le Niger appellent à la réouverture ‘immédiate’ des frontières nigérianes

Le comité ministériel tripartite sur la lutte contre la contrebande a tenu le jeudi 14 …

Traduction »