Accueil / A la Une / Afrique du Sud : Ramaphosa remet des titres de propriétés à des fermiers noirs

Afrique du Sud : Ramaphosa remet des titres de propriétés à des fermiers noirs

Partagez ceci :

Le président Cyril Ramaphosa s’est rendu samedi 22 mai dans le nord du pays, à Tafelkop, dans la région du Limpopo, pour remettre à 30 fermiers noirs des titres de propriétés de terres appartenant au gouvernement. Une cérémonie hautement politique, à l’approche des élections locales, prévues en fin d’année. La question de la redistribution des terres reste brûlante dans le pays et les réformes promises se mettent en place très doucement.

Encore aujourd’hui, près de 3/4 des terres sont aux mains de la communauté blanche, qui représente moins de 10% de la population. Une injustice issue de l’apartheid, et que le président Cyril Ramaphosa souhaite corriger.

« Toutes ces grandes fermes commerciales, que l’on voit ici autour de nous, elles ont été construites grâce au soutien du gouvernement de l’apartheid. Il est temps désormais que nous apportons notre soutien à nos propres fermiers. »

Cette remise de titres de propriétés est la conclusion d’un processus débuté dès les années 2000, afin de faciliter le travail des fermiers de Tafelkop qui y produisent entres autres du tabac et du coton.

La ministre des Travaux publics, Patricia de Lille, espère que ces titres leur permettront de se développer. « Je vous ai entendu ce matin, expliquer comment les portes des banques peuvent se refermer faute de titre de propriété, et je pense donc que maintenant les choses seront plus faciles. »

Le gouvernement a déjà redistribué près de 5 millions d’hectares en sa possession. Mais comme le rappelle le président, d’autres changements sont en cours de préparation pour aller plus loin. « Nous continuons à travailler sur l’amendement de l’article 25 de la Constitution pour permettre l’expropriation des terres sans compensation, tout en s’assurant que le secteur agricole continue de se développer. »

S’il est voté, cet amendement ne s’appliquera que dans certains cas, par exemple pour des terres abandonnées ou détenues dans un but spéculatif.

RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »