Home / A la Une / Appel à la haine: Nick Conrad cherche-t-il à surfer sur la vague du « bad buzz » ?

Appel à la haine: Nick Conrad cherche-t-il à surfer sur la vague du « bad buzz » ?

Partagez ceci :

Des propos provocateurs et racistes…le rappeur Nick Conrad se refait parler de lui, dans un nouveau clip ultra-violent où il dit avoir « brûlé la France » ou qu’il va « baiser la France jusqu’à l’agonie ». Parmi le flot d’insultes qu’il prononce tout au long du clip, on le voit également étrangler une jeune femme blanche. Si la vidéo, mise en ligne vendredi dernier, a soulevé une tempête de protestations, l’artiste, lui, réfute les accusations de racisme anti-Blancs.

Quasiment inconnu sur la scène musicale avant la sortie de « Pendez les Blancs », en octobre 2018 avant d’enfoncer le clou avec « Doux pays », Nick Conrad, 35 ans, semble vouloir marquer les esprits. Et il s’y prend mal car il va devoir en payer le prix.

Originaire de Seine-Saint-Denis, il n’a visiblement pas de regrets et encore moins de remords. Interrogé par des médias français, il estime n’avoir pas été compris.

Dans ses explications, le rappeur a indiqué que son morceau est une « fable » visant à inverser les positions des noirs et des blancs. Et s’étonne que son « procédé pédagogique » n’ait pas été saisi.

« Je ne peux pas renier ce que j’ai écrit, ça touche le racisme, c’est la beauté de ce morceau, ça reste de l’art », soutient l’artiste controversé.  

Mais, il va devoir faire de nouveau face à la justice. Car, ses propos ont fait rugir divers responsables politiques français.

Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur a même saisi la justice, condamnant cet « appel à la haine de notre pays et à la violence ». 

Nick Conrad a déjà été condamné en 2018 à 5000 euros d’amende avec sursis pour provocation au crime avec son clip précédent « Pendez les Blancs ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »