Home / A la Une / « Pendez les Blancs »: le rappeur Nick Conrad condamné pour « provocation au crime »

« Pendez les Blancs »: le rappeur Nick Conrad condamné pour « provocation au crime »

Partagez ceci :

L’on se souvient de son clip « Pendez les Blancs » qui avait fait polémique et suscité colère et indignation en septembre 2018. Aujourd’hui, Nick Conrad est frappé au portefeuille. Le rappeur de 35 ans a été condamné mardi 19 mars à Paris à 5000 euros d’amende avec sursis pour « provocation au crime », rapporte la presse française.

Dans sa décision, souligne l’AFP, le tribunal correctionnel a d’abord rappelé que si « les limites admissibles de la liberté d’expression s’apprécient avec une plus grande souplesse » lorsqu’il s’agit de rap, « la liberté de création artistique n’est toutefois pas absolue ».

Dans le cas de « Pendez les Blancs », « les termes de la chanson, accompagnés d’images violentes et brutales, incitent directement l’internaute à commettre des atteintes à la vie sur les personnes de couleur blanche », ont estimé les juges, selon la même source.

Le HuffPost précise par ailleurs que le rappeur a également été condamné à payer 1000 euros de dommages et intérêts à chacune des deux associations parties civiles, la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) et l’Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l’identité française et chrétienne (Agrif).

En septembre 2018, la diffusion de ce clip, depuis retiré par YouTube, avait enflammé les réseaux sociaux et suscité de nombreuses condamnations au sein du gouvernement et dans la classe politique notamment française.

Nick Conrad, artiste autoproduit, s’y mettait en scène enfonçant un revolver dans la bouche d’un Blanc, lui tirant dessus ou lui écrasant la tête sur un trottoir. Le victime apparaissait également pendue. Les paroles restaient dans la même veine.

« Je suis déçu mais le combat va continuer », a réagi je jeune homme, qui a perdu son emploi de réceptionniste dans un palace en raison de cette affaire. « Le tribunal a eu une lecture de la liberté d’expression qui ne nous satisfait pas », a estimé son avocate Chloé Arnoux.

A l’issue du délibéré, le rappeur de 35 ans, qui a toujours défendu une « fiction » militante dénonçant le racisme en inversant Noirs et Blancs, a annoncé qu’il ferait appel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »