« Appel à la haine »: Nick Conrad récidive, Castaner fulmine

Partagez ceci :

Après avoir diffusé en septembre 2018 « Pendez les Blancs », un clip aux allures d’un appel au meurtre doublé d’une incitation à la haine raciale, le rappeur refait parler de lui avec « Doux pays », un clip dans lequel il dit « baiser la France jusqu’à l’agonie », « Cet Hexagone, j’encule sa grand-mère», « J’vais poser une bombe sous son panthéon»…

Face à ses nouvelles provocations, renseigne Le Figaro, le ministre de l’Intérieur a saisi le procureur de la République.

« Le mot France est à considérer ici comme mentalité française, médias, etc. qui se sont arrogés le droit de qualifier Nick Conrad en des termes inexactes (sic), plutôt que d’ouvrir le débat épineux. C’est donc sur eux que se tournent ces mots mais en aucun cas sur les Français.es qui subissent malgré eux.elles l’influence des médias & des leaders d’opinions mensongers. Nick Conrad. Artiste, homme libre », a écrit le rappeur à la fin du clip.


Pour Christophe Castaner, c’est “rien d’autre qu’un appel à la haine”. 

« Je condamne sans réserve et sans ambiguïté les propos inqualifiables et le clip odieux de Nick Conrad. Je saisis le procureur de la République. À ma demande, la plateforme Pharos (chargée de la lutte contre les contenus illicites sur Internet, ndlr) œuvre au retrait de ce qui n’est rien d’autre qu’un appel à la haine de notre pays et à la violence », a-t-il écrit sur twitter. 

A noter que dans le nouveau clip (en fin d’article), Nick Conrad s’en prend à ceux qui avaient fustigé son précédent clip “Pendez les Blancs”, qui avait créé la polémique à l’automne et lui a valu d’être condamné par la justice. 


Attention, images réservées à un public averti: