Accueil / France / « Tous les discours électoraux qui présentent l’Afrique comme une menace sont incompréhensibles », Rama Yade

« Tous les discours électoraux qui présentent l’Afrique comme une menace sont incompréhensibles », Rama Yade

Partagez ceci :

Installée à Washington en tant que directrice Afrique du think tank Atlantic Council, Rama Yade ne perd pas de vue les enjeux de la présidentielle française en 2022. Dans un entretien exclusif avec Jeune Afrique, elle fustige les discours électoraux qui dépeignent le vieux continent comme source de la crise migratoire.

Connue pour sa liberté de ton, l’ex-secrétaire d’État chargée des Affaires étrangères et des Droits de l’Homme sous Nicolas Sarkozy affirme mordicus que la France tire sa grandeur de son influence en Afrique.

Interrogé sur le rapport actuel de l’Etat français à l’Afrique, elle a laissé entendre ce qui suit :

 » Avec le recul géographique, je me rends davantage compte que l’empreinte de la France en Afrique reste forte. Je le vois dans l’attitude d’alliés, qui n’hésitent pas à s’en remettre à elle quand il s’agit de certains pays du Sahel par exemple.

J’observe aussi que la fameuse grandeur de la France, sa singularité, la France la tient surtout de cette influence en Afrique. Plus que je ne le pensais.

C’est à la fois une force, via la francophonie notamment. Combien de pays peuvent se targuer d’un tel legs ? Mais c’est aussi une vulnérabilité. Pourquoi les élites françaises ne font-elles pas plus pour préserver un tel atout en travaillant à gagner plus de popularité auprès des opinions ? Tous les discours électoraux qui présentent l’Afrique comme une menace sont incompréhensibles. D’autant plus que le siècle qui vient sera africain ».

Comment aborder le sujet de l’immigration plus sereinement ?

 » Le « grand remplacement » n’existe pas. Qui représenterait la menace ? Les Africains ? On sait que l’Afrique est sous-peuplée et que les Africains migrent d’abord chez eux, à 60 % dans les pays voisins sur le continent. Ce sont des données réelles, mais cela fait trente ans qu’on répète l’inverse. À partir de ces mensonges, on élit des gens, on change la vie politique française et le destin du pays « .

Ex-aspirante à l’élection présidentielle, elle avait fini par créer son propre mouvement « La France qui ose », en 2017, mais n’était pas parvenue à rassembler le minimum requis de 500 parrainages d’élus pour se présenter. 




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »