Home / A la Une / Franck Paris, le très discret ‘Monsieur Afrique’ de l’Élysée !

Franck Paris, le très discret ‘Monsieur Afrique’ de l’Élysée !

Partagez ceci :

Au président Emmanuel Macron, l’expression de ses ambitions pour l’Afrique. À son conseiller Franck Paris, le soin de s’assurer qu’il a été compris. Chacun son rôle ! Il fait partie du cercle très fermé des hommes et femmes qui murmurent à l’oreille du président français qui, depuis sa prise de pouvoir, a ouvert un nouveau chapitre dans les relations entre Paris et le continent africain. Eh oui ! Franck Paris est aux commandes du ‘nouveau paradigme’, affiché par Emmanuel Macron, celui de rompre définitivement avec la Françafrique traditionnelle, ses liens malsains et ses réseaux obscurs.

Surnommé ‘Monsieur l’Afrique’ au sein de l’Elysée, Franck Paris est à la manœuvre lors des déplacements du ‘patron’ sur le continent. Il est aidé dans sa tâche par Marie Audouard, son adjointe (elle aussi passée par l’ENA et le Quai d’Orsay).

Les deux collaborateurs surveillent les dossiers chauds et s’assurent que les promesses de leur patron sont tenues.

Un œil sur le déblocage des visas pour les jeunes diplômés, les scientifiques, les artistes et les entrepreneurs… Un autre sur les ennuis de Veolia au Gabon…

Sans omettre de définir une stratégie pour amener la RD Congo ou le Burundi à sortir de leur autisme, de favoriser la mise en place de la force conjointe du G5 Sahel et de baliser le retour d’œuvres d’art africaines en Afrique.

A en croire nos confrères d’Afrique La Tribune, il travaille sans relâche à faire la pédagogie de la doctrine de l’hôte de l’Elysée afin de faire avancer notamment le dossier ultra-brûlant du contrôle des flux migratoires.

D’une prudence de sioux, l’homme affiche également une volonté de sortir du système de ‘banque des faveurs’ instauré par ses prédécesseurs, tout en ménageant certaines présidences dont il connaît le rôle prescripteur.

Parcimonieux en audiences, l’homme tranche également avec la « réceptionnite » de nombre de ses prédécesseurs, qui avaient pris l’habitude de recevoir les hauts dignitaires africains lors de leurs séjours dans la capitale française.

Deux agendas s’imposent à la France, comme Paris l’a expliqué le 9 avril 2018 devant le Conseil français des investisseurs en Afrique. 

L’un est « subi » : c’est la lutte antiterroriste ; l’autre est un défi, car il s’agit de changer l’image de l’Afrique en France, de la sortir du « tout-matières premières », d’associer ses diasporas au partenariat entre la France et leurs pays d’origine en matière d’agriculture, de gestion urbaine, d’éducation, mais aussi de sport, de culture et de numérique.

Lointain successeur de Jacques Foccart à l’Élysée, souligne pour sa part Jeune Afrique, Franck Paris est très discret.

« C’est un homme de peu de mots, qui prend le temps de la réflexion, commente Rémy Rioux, directeur général de l’AFD. Exigeant et rigoureux, il est fort dans l’exécution, quand la position a été validée au sommet », informe son entourage.

Depuis son arrivée au 2, rue de l’Élysée, ‘Monsieur Afrique’ développe méthodiquement les thèmes chers au président, en ne lésinant pas sur les symboles et les images.

Il s’efforce de tenir la ligne de crête entre le passé et le futur, entre les résidus d’une Françafrique toujours dans les têtes – ce qui irrite les Africains autant que le président français – et le soutien aux jeunes entrepreneurs, seuls capables de créer les millions d’emplois dont l’Afrique a le plus urgent besoin.










Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »