Accueil / Pays / Afrique Centrale / Cameroun:la ministre des Enseignements secondaires Nalova Lyonga accusée de tribalisme
Nalova Lyonga

Cameroun:la ministre des Enseignements secondaires Nalova Lyonga accusée de tribalisme

Partagez ceci :

Ces accusations font suite aux dernières affectations effectuées par la ministre et où certains établissements de trois régions du Septentrion ont été vidés de leurs enseignants.

Au Cameroun, la ministre des Enseignements secondaires Nalova Lyonga fait l’objet de vives critiques depuis quelques jours. La responsable du département ministériel chargée de l’éducation secondaire est accusée de tribalisme. Ces griefs font suite aux dernières affectations effectuées par la ministre et où certains établissements de trois régions du grand Nord ont été vidés de leurs enseignants. Les arrêtés signés, les 19 et 25 août dernier par Nalova Lyonga portant redéploiement de certains personnels pour raison de santé ont enlevé aux trois régions septentrionales (Adamaoua, Nord et Extrême-nord), l’essentiel des enseignants .

« C’est inadmissible ce que vient de faire madame la ministre, Pr Nalova. Pourquoi le secteur éducatif est compliqué à gérer dans ce pays ? Pourquoi sacrifier la zone rurale? », s’insurge Isma-Ila Abba, qui rappelle que 400 enseignants quittent le septentrion pour seulement 20 qui arrivent. Une disparité qui pousse le jeune enseignant à interpeller le Minesec quant à la réparation de cette injustice ; « Madame la Ministre doit prendre ses responsabilités. Il faut qu’on arrête avec cette discrimination à savoir privilégier les enseignants de zone urbaine et des grandes métropoles. Le Cameroun, c’est pour nous tous.»

Selon les chiffres contenus dans les arrêtés, et largement relayés sur les réseaux sociaux, on peut lire « statistiques des départs et d’entrées d’enseignants dans les Lycées et collèges du Faro suite aux affectations du 25 Août 2022, départs 78, arrivées 03 ».

Dans le département Faro et Déo, région de l’Adamaoua 59, enseignants sont invités à quitter le département contre 03 seulement qui arrivent.

Dans la région de l’Extrême-nord, la situation est plus alarmante. Ce qui n’a pas laissé indifférents plusieurs observateurs qui accusent la ministre de tribalisme. « Par tribalisme, le Pr Nalova décide de tuer l’éducation dans le nord. C’est une honte que soixante-deux ans après l’indépendance nous en soyons encore à nous satisfaire du honteux statut de zone insuffisamment scolarisée. Les récents redéploiements font partir 78 enseignants dans le département du Faro. Le constat est que l’amélioration substantielle du taux de réussite dans le département du Faro n’a jamais été une priorité pour ceux qui sont en charge d’implémenter la politique éducative dans ce pays. Comment expliquer vous que 400 enseignants quittent le Nord contre près de 20 qui feront leurs arrivées ? La réalité est qu’on arrache le bonheur aux pauvres pour donner aux riches. » s’indigne –t-il.

La situation est encore plus inquiétante quand on sait que les régions de l’Extrême-nord, du Nord et de l’Adamaoua font partie avec celle de l’Est des quatre zones d’éducation prioritaire (ZEP) au Cameroun.
Pour l’heure, les populations du Septentrion entendent saisir le chef de l’État pour réparer ce qui est une injustice à leurs yeux.
Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »