Home / A la Une / Côte d’Ivoire : quand l’acquittement de Gbagbo fait (aussi) des mécontents

Côte d’Ivoire : quand l’acquittement de Gbagbo fait (aussi) des mécontents

Partagez ceci :

La décision d’acquittement de crimes de guerre et de crimes contre l’Humanité en faveur de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé, n’est pas de nature à réjouir certains Ivoiriens. Le verdict fait grincer les dents au niveau des associations de victimes des violences post-électorales 2010-2011. Pour Issiaka Diaby, président du Collectif des victimes de crises en Côte d’Ivoire, il s’agit d’une décision « inique ». Pour lui, la justice n’a pas été rendue aux victimes.

« Une victime qui n’a pas obtenu justice et réparation est potentiellement prédisposée à la vengeance. Comment fait-on pour soustraire, dans le cœur des victimes, cette prédisposition à vouloir se venger ou à poser des actes de justice sur le terrain ? C’est ça notre préoccupation. Au départ, la CPI avait commencé à inquiéter des auteurs de crime.  Aujourd’hui, en Côte d’Ivoire, la Cour pénale internationale ne fait plus peur à personne. Les uns et les autres estiment que c’est un géant aux pieds d’argile, inefficace. »

Un sentiment partagé par Karim Koulibaly, l’une des victimes de la répression attribuée à l’ancien président ivoirien. 

La décision de la CPI vient de briser son dernier espoir de se voir indemnisé. 

« Notre espoir, c’était que la CPI, une instance internationale, donne au moins une satisfaction aux victimes de la Côte d’Ivoire. Donc finalement, nous, les victimes, nous ne comprenons plus rien. Et quand je parle d’un avenir hypothéqué, moi je suis une victime de la crise, j’ai été mutilé et amputé de la jambe gauche, et aujourd’hui j’ai une famille, des bouches à nourrir et je n’arrive plus à joindre les deux bouts. Il y en a plusieurs parmi nous, d’autres sont paraplégiques ou mutilés, ces personnes sont dans des situations difficiles et ils ne sont pas assisté par le gouvernement en place. Voilà pourquoi je parle d’un avenir hypothéqué. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »