Accueil / Country / East Africa / Ethiopia / Coup d’Etat en Ethiopie: le chef d’état-major et le président d’une région tués

Coup d’Etat en Ethiopie: le chef d’état-major et le président d’une région tués

Partagez ceci :

Le chef d’état-major Ethiopien, le général Seare Mekonnen, et le président de la région, Ambachew Mekonnen, ont été tués lors de l’assaut des assaillants. Il s’agit d’un coup d’Etat organisé par un groupe armé d’Amhara (Nord-ouest). L’information a été portée à la connaissance de la population par le premier ministre Abiy Ahmed (photo) samedi soir à la télévision nationale.

Selon Beninwebtv, la situation était confuse en Ethiopie dans la soirée du 22 juin 2019. Une tentative de coup d’Etat dans la région d’Amhara, la deuxième région la plus peuplée du pays, a créé la panique.

Internet était coupé dans plusieurs régions du pays et aucune information sur l’attaque n’était disponible.

Dans la soirée, le Premier ministre, Abiy Ahmed, est apparu en uniforme militaire à la télévision nationale pour annoncer la nouvelle.  « L’opération a échoué et la situation est sous contrôle «, a-t-il rassuré.

Notre source rapporte selon la presse locale éthiopienne que le gouvernorat de la région d’Amhara a été attaqué alors que les représentants de la région était en réunion.

D’après plusieurs témoins rapportés par la presse, les premiers tirs auraient été entendus à Bahir Dar, la capitale de la région Amhara, en fin de journée du samedi 22 juin. La fusillade aurait duré plusieurs heures. Sur Twitter, l’ambassade des États-Unis à Addis Abeba a lancé une alerte, recommandant aux ressortissants américains de se mettre à l’abri après des informations faisant état de tirs et de violences dans l’État régional d’Amhara.

Notons que la région Amhara est une des neuf régions éthiopiennes issues du découpage administratif de 1994-1995, lors de la mise en place de République fédérale démocratique d’Éthiopie (1994-1995). Elle est la 3e Région-État à rédiger son propre texte constitutionnel en 1998, écrit le média béninois.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »