DJ Arafat: voici pourquoi il aimait tant les « clashs »

Partagez ceci :

Grigris aux poignets, tas de ferraille au cou, tatouages sur le corps…Le roi incontesté du coupé-décalé, décédé lundi à l’âge de 33 ans, était compté parmi les artistes africains les plus influents depuis une décennie. Mais, Dj Arafat squattait également la rubrique des faits divers. Eh oui, le jeune chanteur était un personnage sulfureux qui animait chaque semaine les colonnes des journaux ivoiriens, mais aussi l »enfant béni » qui secouait les réseaux sociaux par ses clashs récurrents qui l’opposaient à d’autres artistes du coupé-décalé mais aussi ses ex-danseurs.

La musique, les belles voitures, les grosses motos, le sexe, l’alcool, la fête…un cocktail explosif qui rythmait le quotidien de la superstar du décalé-coupé.  

Enchaînant des succès à travers ses tubes, il voulait à tout prix briller au-delà de l’Afrique. Mais, Ange Didier Houon alias Dj Arafat s’y prenait visiblement mal.

Entre rapprochements et inimitiés avec d’autres poids lourds de la musique ivoirienne, il égratignait à la fois ses devanciers et ses « petits frères ». Des clashs qui tournaient parfois aux insultes.

Et Dj Arafat aimait faire les gros titres.

« Les clashs, ça a commencé parce que je voulais montrer que j’étais le numéro un de la musique ivoirienne. Surtout, ça m’aide à inventer de nouveaux sons, j’ai besoin de concurrence pour trouver de l’inspiration », expliquait-il dans un entretien exclusif avec un site panafricain.

« Quand le monde de la musique dort, il faut le réveiller ! Notre rivalité n’est que musicale, il ne faut pas prendre tout cela au sérieux », a ajouté le fils de Tina Glamour.

Né en 1986 à Yopougon, une commune de l’ouest abidjanais, l’artiste aimait à s’attribuer des surnoms sans cesse nouveaux, de « Commandant Zabra » à « Yorobo » – plus récemment, il se présentait même comme « Chef de la Chine Populaire ».

Tragique ironie du sort, son dernier single – qui bat des records sur YouTube avec 4,5 millions de vues depuis sa sortie en mai dernier – s’intitule « Moto-Moto ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *